[Multiverse] Slab

Aller en bas

[Multiverse] Slab

Message  Mr Terrific le Ven 4 Sep - 0:24



Arc 1 : Just call me
Partie 1 : Gyrth in hell


« - Journal de bord du capitaine A'rdns1, log. 9-64-78-198. L'empire Skrull nous a missionné pour envahir la planète Gyrth à la limite de l'empire kree. C'est un grand honneur que nous fait l'empire. Et nous, Capitaine A'rdns et son équipage, rempliront cette tâche bravement. Le vaisseau de guerre contient trente milles hommes, dont les trois quart sont des hommes de terrain. Il restera en soutient en orbite évitant ainsi les possibles tirs ennemis, même si notre bouclier serait capable de les bloquer. Nous possédons plus de dix milles vaisseaux traqueurs. Ils permettront des déplacements rapides tout en ayant des armes de pointe pour créer des brèches dans les défenses ennemies. Nous possédons assez de pistolets laser pour la totalité des troupes. Seules les troupes terrestres posséderont d'autres armes de terrains. Des fusils laser, des fusils longue portée, des fusils à plasma seront répartis entre les trois groupes de guerriers à pied. Enfin, notre pouvoir de métamorphie nous sera utile pour troubler l'ennemi. Il ne fait aucun doute que la victoire est nôtre. Surtout sur un monde de fermier. »

« -Journal de Bord du capitaine A'rdns, log. 9-65-84-198. A tout l'équipage nous commençons l'invasion. Tout le monde à son poste. »
- Sir nous avons un écho radar ! »
- Qu'est-ce ? Un missile ?
- Non ! C'est plus petit.
- Une roquette ? Des lasers ?
- Non c'est plus gros ou plus rapide.
- Passer en visuel, je veux savoir ce qui nous fonce dessus... Un homme ? Un homme sur une moto volante ?
- Sir nous avons établit une liaison. Enfin, il a établi une liaison.
- Très bien, ici le Capitaine A'rdns de l'empire Skrull. Veuillez décliner votre identité et vous rendre ou vous serait désintégré.
- Yibicayhee bande d'moule, j'viens vous exterminer. On m'nomme Slab, au fait ! »

La vie de mercenaire de l'espace pouvait parfois être d'un calme ennuyeux. Surtout lorsqu'on à l'apparence d'un gamin de douze ans alors qu'on en accumule plus d'une quarantaine. Comment c'est possible ?

Prenez une invasion Skrull sur un monde en paix. Un monde où chaque habitant a un pouvoir différent. Le mien ? La régénération cellulaire. Alors pour des scientifiques Skrull chaque cas fait l'objet de tests abjects. Et avec mon potentiel, ils se sont amusés sur la restructuration cellulaire. Je suis mort plusieurs fois, mais mon pouvoir m'a ramené à chaque fois.

Du coup j'étais le seul survivant lorsque les Shiards sont arrivés. Après tout notre planète faisait partie de l'empire Shiard. Lorsqu'ils m'ont délivré, ils m'ont pris pour un gamin à la peau trop blanche et aux cernes trop noirs.

Mais j'avais l'expérience du combat, bien qu'il était interdit de pratiquer sur mon monde mes talents. C'est ce qui m'avait valu la prison à vie. Bref, une fois libéré, je fit tellement de ravages dans les rangs ennemis, que les shiards ont cru mon histoire. Ca et mes saletés d'empreintes digitales et ADN.

Du coup, on m'a laissé le choix entre la prison ou servir dans la garde impériale. J'aurai pu m'enfuir de n'importe quelle prison, mais j'ai préféré la garde impérial. Là j'ai appris beaucoup de leur Preator.

Puis le pouvoir a changé de mains, et le nouveau Empereur à voulu m'éliminer. Du coup, je suis passé dans la résistance. J'ai vivoté de ci de là pendant qu'on me traquait, j'ai survécu mais pas l'empereur. Je l'ai trouvé le premier et l'ai tué.

L'ancien a repris le pouvoir et ma proposé une place dans la garde. Cette fois j'ai refusé, et suis parti me promener dans l'espace grâce à son cadeau. Une moto volante attachée à mon empreinte psychique. Top cool.

J'ai rencontré d'autres personnes détestant les Skrulls autant que moi - Les Krees. Ils m'ont appris plusieurs de leurs trucs aussi. Et depuis je suis mercenaire spatial. Le meilleur dans ma partie, et le seul.

Donc j'étais en plein vide spatial à m'ennuyer ferme lorsque j'ai capté une transmission Skrull. Pas vraiment du bol mais grâce à la technologie Kree que j'ai emprunté.

Je suis allé direct sur la planète, suis allé proposer mes services à chaque pays. N'étant pas des guerriers, ils étaient heureux de payer. Mais ils avaient l'air de douter que moi seul puisse arrêter un vaisseau de guerre Skrull. Après tout j'ai l'apparence d'un gamin.

Ils ont donc engagé des pirates de l'espace professionnels. J'aurai pu les laisser se faire voler par les pirates puis envahir par les Skrulls. Les pirates ne viendraient jamais, et le virement avait été informatisé.

Mais je m'ennuie, je déteste les Skrulls et j'ai ma fierté. J'ai donc décidé de leur prouver ma valeur. Ensuite j'irais récupérer leur fric. Et je me ferai payer le double par leur gouvernement pour le déplacement.

Ce qui m'amène dans l'atmosphère de Gyrth à foncer droit sur leur vaisseau mère.
« Yibicayhee bande d'moule, j'viens vous exterminer. On m'nomme Slab, au fait ! »


Dernière édition par Mr Terrific le Ven 30 Oct - 5:54, édité 2 fois
avatar
Mr Terrific

Masculin Date d'inscription : 07/04/2009
Age : 42
Localisation : Malakoff

http://aladria.forumgratuit.org/index.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Multiverse] Slab

Message  Mr Terrific le Lun 28 Sep - 22:01

Arc 1 : Just call me
Partie 1 : Play time


Vous connaissez ces jours de réveil migraineux. Tous ça a cause d'une pinte en trop. Bande de chanceux, moi la migraine et le plaisir que donne l'alcool dure quelques secondes dans mon organisme. Du coup je prends le plaisir où je peux, mais les migraines sont plus simples à avoir surtout lorsqu'un destroyer Skrull vous tire dessus au proton. Je souris en imaginant leurs têtes lorsque leurs radars et leurs écrans leur indiquent que j'avance toujours. Leur commandant doit sûrement leur demander quelle puissance ils ont de plus destructrice et son équipage de répondre que c'est ce qu'il avait de plus puissant.

Entendons-nous bien, je ne suis pas invincible. En plus de la migraine, des morceaux de peau se détachent, mon œil droit part à volo dans l'espace, certains organes et de parties de cerveau aussi. Mais tant que c'est moi qui est touché et pas ma mob, rien de bien dramatique. Je régénère très vite. A peine mon oeil s'est décollé que j'en retrouve un tout neuf. Bon à ce rythme on verra que mes muscles pendant une minute dès que je serais sorti du rayon de proton. Mais au moins ça leur mettra le trouillomètre à zéro de me voir continuer à avancer ainsi. Et de voir ma peau se recréer.

Avec un Kree du nom de Ronan, on avait fait un pari. C'était un vrai pisse-froid avec un balais dans le … Bref j'avais envie de le plumer et de lui donner une bonne raison de faire la gueule. Bien que mon pote Mar Vell, un autre Kree plus sympa, tenta de m'en dissuader je suis donc entré dans un déstructurateur de particules. A la fin il ne restait de moi qu'un minuscule atome. Mar Vell a interdit l'utilisation de l'appareil pendant deux jours avec le soutient de Ronan qui jubilait déjà de ma mort. Pour lui je n'étais qu'un étranger et un fêtard soiffard et bagarreur qui attirait les problèmes. Quel trouble fêtes. Bref, son visage bleu pâlit en voyant mon organisme se restructurer le matin du second jour. Le soir je sortais de là sur un brancard encore amoché, son argent sur mon compte. Il me fallut une semaine pour retrouver mon physique normal. Ronan était furibond selon Mar, pauvre Mar mort d'un cancer c'est moche …

Ha le capitaine change de plans, il largue les traqueurs vers le sol en espérant détruire la planète avant mon arrivée. Dans son poste de commande. C'est moche pour lui, car du coup j'en profite pour entrée par leur soute. La plupart ne prennent même pas la peine de me viser. Et il se disent que tant que je suis là il peuvent s'amuser en bas. Ils ont tort. J'envoie ma moto à leur poursuite. Elle n'a aucune arme aussi clinquante que les leurs. Mais cela devrait les stresser assez pour la prendre en chasse. Et ma moto est rapide. Et deux fois plus maniable sans moi dessus. Du coup ils vont se tirer les uns sur les autres. J'adore ce genre d'ironie.

Ha ! Des gardes plus courageux me tirent dessus depuis leur place protégée.

« C'est pas sympa de vous couper de moi avec vos bunkers. Je me sentirais presque rejeté. »

Mar m'a apprit le Skrull du coup je leur parle dans leur langue, pour être bien sûr qu'ils fassent dans leur froc en me voyant avancer malgré les impacts sur mon corps. Bien sûr, il y a toujours un petit joueur pour utiliser un lance roquette. L'explosion m'éparpille dans tout le couloir. J'imagine qu'il doivent hurler de joie. Jusqu'à ce qu'un mouvement dans le plus gros morceau les interpelle.

Silence ! Normal je n'ai pas encore d'ouie, même pas de cerveau. Attendez … Ha voilà ! Je pense donc je suis. Mais il doit y avoir un vrai silence dans leur rang, alors que ma silhouette informe s'avance de nouveau vers eux, reprenant consistance et physique. De nouveau des impacts de balles me traversent les organes encore à découvert. Pas grave ils sont bientôt à court de munitions et moi j'ai mon temps. Alors je tombe de nouveau … Puis quelques secondes après je me relève.

Là, il veulent fuir ! La chance veux que le plus gros morceau soit celui auquel était accroché ma chaîne. J'y ai un crochet à chaque bout. Pour l'instant un seul me suffit. Je fais tourner la chaîne au dessus de moi. Ha je recouvre la vue. Très bien, jusqu'ici j'avançais à tâtons en suivant la provenance des balles. Je lance mon arme vers le skrull le plus éloigné. En un coup il est capturé, et j'ai plus qu'à tirer. Déjà pour quelqu'un de ma race, je suis très fort, mais alors pour ce corps de gamin, ça en devint indécent. D'un mouvement le skrull arrive à mes pieds.

Les autres ont compris. Il ne sert à rien de me fuir. Alors que je recouvre l'ouie dehors des explosions viennent à mes nouvelles oreilles. Je ne m'inquiète pas. Si c'était mon engin je le ressentirais. C'est aussi ça les liens psy.

Je les laisse m'entourer. Leur laisser penser qu'il puisse s'en sortir ou avoir un avantage. Je n'attaque pas le premier. Ils n'ont qu'à pas être aussi idiots et se rendre aussi. Je ne les aurais pas tous tués. Mais là, puisqu'ils y tiennent tant. Tant pis pour eux.

Ronan m'a comparé à une bête. Mar m'a dit de ne pas le prendre mal. Même les bêtes laissent parfois une proie en vie. Et on plus de valeur que bien des êtres plus intelligents.

Le premier coup vient de ma droite. Je pourrais le laissé me touché, pour qu'il se casse le poignet à mon contact. Oui je suis très résistant aussi. Mais je l'évite. Je tourne autour de son bras. M'en empare de la main gauche et la brise contre ma jambe. Je tends le droit en me baissant derrière moi. De la chance diront certain. Mais un vrai guerrier y verra un savoir, une connaissance, ou un art. Mon poing droit entre donc en contact d'un plexus solaire tant dis que les coups m'étant destinés plus haut brasse du vent. En un élan je me relève et d'un uppercut j'envoie un troisième assaillant au sol. Ils sont encore Neuf. Le plus grand me frappe, j'entends son os craquer. Je m'empare de sa tête et un instant après un second craquement, il s'écroule mort. J'éclate de ma botte la tête de celui à qui j'ai cassé le bras, inutile qu'il souffre plus longtemps. Un de ceux encore valide se jette sur moi et je le propulse vers celui plié en deux par mon coup à son plexus. Sa chute ne le blessera pas mais finira le travail pour son collègue. Sept debout, et un valide qui se relève blême. Il décide d'utiliser leur truc. Changement de forme. Certains ont des griffes, d'autres des muscles à ne plus savoir qu'en faire. Ca ne changera rien. J'ai aussi décidé d'accélérer le rythme.

Car de sa cabine, grâce à son rayon à protons le commandant pourra bientôt raser une ville.

Cette fois, j'attaque le premier. Je frappe rapidement et avec attention. Le premier sur le flanc gauche. J'enroule ma chaîne autour du cou du second. Du plat de la main, je frappe la gorge du troisième. Tout en évitant griffes et poings musclés. Je tends la jambe en arrière et retarde ainsi l'assaut du quatrième. Je fais une roulade, puis un balaiement pour faire tomber le cinquième. Je me jette sur le sixième en prenant un appui sur le coup du cinquième Skrull que je venais de mettre à terre. Je plonge l'autre partie de ma chaîne, crochet vers l'avant. La tête du second se détache alors que la gorge du sixième crache du sang verdâtre. Je me retourne recevant un coup au visage. Je réponds d'un au bas ventre puis d'un coup de botte au visage. Plus qu'un debout qui tombe à genoux et pleure. J'avance vers lui et passe en lui laissant la vie sauve. Je regarde son badge. J'aime retenir le nom de ceux qui reste après mon passage. Kl'rt.

Je ne prends pas la peine d'essayer d'ouvrir le sas menant au couloir. Il est sûrement fermé. Kl'rt à sûrement un passe, mais il refusera de me le donner, et je tiens à lui laisser la vie sauve maintenant. En six coups de poing la porte est déformée assez pour que je passe. Dans le couloir de nouveaux tirs. Pas le temps de rire. Cette fois je cours, les balles fusent autour de moi. Certaines me touchent. Mais une fois au bout du couloir, seuls des Skrull sont à terre, morts. Je frappe à la porte du pont principal. Ils savent maintenant que c'est inutile de me retenir ou de tenter de m'arrêter.

J'entends des ordres brefs. Le commandant demande à son équipage de quitter le navire. De prendre les navettes de secours. De rentrer chez eux à l'abri. Je laisse faire. Je ne suis pas une bête, je veux me le prouver. La porte s'ouvre enfin. Le commandant vient de faire son dernier rapport. Fidèle à la tradition il coulera avec son navire. Je respecte ça. Je rappelle ma moto alors que les Skrulls quittent l'atmosphère de Gyrth.

En appuyant sur un bouton le commandant provoquera la destruction de son bâtiment et sa mort. Je le laisse faire. Je pourrais y survivre, mais ma moto vient d'arriver. A peine a-t-il appuyé en disant « Pour l'empire ! » que je suis passé par la fenêtre triple vitrage.

Je m'éloigne de l'explosion à 120 Km par seconde. En même pas une minute, je suis loin de Gyrth. Je dois retrouver mon blé. Après je retournerais voir les politiciens de Gyrth. Je me suis assuré d'être bien visible lors de mon attaque contre le destroyer et lors de ma sortie à sa destruction. Ils savent maintenant à qui ils doivent la vie et la liberté. Pendant mon voyage je programme l'appareil emprunté aux Krees. J'écoute les derniers messages.

« - Journal de bord du capitaine A'rdns1, Log. 9-65-84-198.2 ! J'ai lamentablement échoué face à un seul guerrier. Il a exterminé mes meilleurs éléments, à survécu à plusieurs annihilations. Il est instoppable. Je viens d'ordonner la retraite stratégique des survivants. Inutile de se confronter à une bataille perdue d'avance. Ci-joint toutes les données récupérées des scans sur le sujet en espérant que vous pourrez créer une arme permettant de le vaincre. Moi, dans ma grande honte et pour que le vaisseau ne tombe entre les mains ennemies, je reste pour détruire le bâtiment dans une ultime tentative de tuer cette incroyable ennemi nommé Slab. Pour l'empire ! »
avatar
Mr Terrific

Masculin Date d'inscription : 07/04/2009
Age : 42
Localisation : Malakoff

http://aladria.forumgratuit.org/index.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Multiverse] Slab

Message  Mr Terrific le Sam 3 Oct - 0:31

Arc 1 : Just call me
Partie 3 : Impérial Guard


Être à son compte apporte un champ de liberté aussi vaste que l'univers lui-même. Ainsi me trouvais-je sur un champ d'astéroïdes dans un endroit passant pour un astéroïde. Mais qui en fait était un bar flottant en forme de rocher alors que dans son intérieur y habitait une foule de consommateur. Attention, le K'Rock n'était pas facile à trouver et beaucoup se plantait dans les véritables astéroïdes. Mais le patron tenait à garder ses clients sobres pour le départ au vu des nombreux incidents du passé. C'était la principale cause des champs réflecteurs qu'avait installés K dernièrement. K était le barman, le patron, le videur, le comptable, le bookmaker et d'autre tonnes de choses en « Eur » à par Serveur. Non pour ça il y avait Lily et nul ne devait toucher la p'tiote au risque de finir sans oxygène, ni véhicule dans l'espace. Pas de grandes choses qui me retiennent me direz-vous sauf que j'aimais bien Lily et que quiconque lui ferait du mal ne mourait pas d'un simple manque d'oxygène.

K était un Dragan et Lily une Thyrne. Les Dragans mesuraient environs trois mètres, avaient plein de muscles finissant en pic rocheux, étaient des mages accomplis et parlaient plus de langues que le plus érudit des éclairés. Les tyrnes, au contraire, paraissent faibles, mais ont un physique plus qu'attractif, leur lien à la nature font d'eux des élémentaires, et leur donnent une peur panique du feu. Généralement ils ne quittent pas la forêt de leur monde, ou des mondes qu'ils ont colonisés, à part Lily. Elle semblait évoluer dans l'espace minable, plein d'alcoolique notoire, de déchets comme si c'était une forêt vierge. Et elle ne développait aucun trouble mental ou claustrophobe caractéristique de son peuple en de telles conditions. Lily et K me connaissaient de longue date. Surtout K. Les Dragans avaient envoyés K en reconnaissance sur ma planète natale avant l'arrivée des Skrulls. Il avait eut le déplaisir de me croiser. Je l’avais renvoyé en piteux état dans son vaisseau spatial ce qui lui avait valu l'exil. Il ne m'en a jamais tenu rigueur. Il eut du mal à me reconnaître à notre seconde rencontre, lorsqu'on sauva Lily du Clan du Crâne. K trouva que le meilleur moyen de leur cacher Lily était ce bar, car il est de notoriété publique que les Crâniens n'ont pas de vices. Ils n’ont plus de pensée d'ailleurs. Ils ne sont plus qu'un, lier au crâne. Je n'avais donc aucun problème à y boire les alcools les plus forts sans devoir expliquer que mon âge n'avait aucun lien avec mon apparence.

En plus d'être un bar couru, le K'Rock était un endroit où l’ont pouvait trouver n'importe quel renseignement. Et cela expliquait aussi ma présence.

J'attendais en buvant dans mon coin, écoutant les conversations alentours. Il fallut plus de 32 cycles avant que la chance ne se manifeste.

« Ouais, J'on zon leur a tiré leur fric sans aucun soucis. Il est jamais allé les secourir. Et maintenant ça doit être une base skrull avancée. Et même si ce n'est pas le cas, il n'ont aucun moyen de choper J'on. Ces attardés n'ont même pas de vaisseau interstellaire. »

« Oh comme ces humains du secteur Zeta. »

« Oui sauf qu'eux ne sont pas protégé par le pacte de War So Vi. »

Je demandais à K de me servir trois pintes et alla m'asseoir à leur table. Les deux Balts me regardèrent circonspects. Je m'assis lourdement et prononça d'une voix lente et pâteuse.

« Le patron ma dem … Demandé d'vous … Porter … Apporter ses verres ! »

« On ne les a pas commandé gamin. »

« Ah … M'a pour … Pourtant dit qu'elle … Elle était payé. »

Les Balts auraient eux un sourire s'ils n'étaient des cafards géants. Ils n'allaient pas cracher sur des boissons gratuites ni chercher pour qui elles devaient être. Ils me laisseraient expliquer au Patron que je m’étais trompé de table et payer les verres. Les Balts sont fourbes et pas très malins.

« Ah ouais on n'avait oublié, merci Gamin. »

« Pas, de quoi. »

Dis-je en faignant de m'écrouler sur la table.

« Tu vois aussi facile que ça, le coup de J'on. »

« Et il est passé où ? »

« Lui et son équipage seraient partis vers l'espace Shiar. Ils auraient à rencontrer l'intermédiaire. »

« L'intermédiaire ? Rien que ça. Pourquoi rencontrer le larbin de Lord Chaos et Maître Ordre ? Surtout en territoire Shiar. »

« Il serait pourchassé, et, de nos jours, la garde impériale garde les frontières plus que fermement. Alors il y sera en sécurité en s'y téléportant. Pour J'on, par contre, ça va être coton d'y pénétrer. »

La chance était vraiment de mon côté. La Majestrix Lilandra étant au pouvoir je n’aurais aucun mal à passer la défense.

« Et pourquoi les shiars bloquent la frontière ? »

« T'es pas au courant, Lilandra et en fuite avec des pirates nommé Starjammers. Sa soeur Deathbird est la nouvelle Majestrix. Et elle n'est pas d'une humeur aussi conciliante de Lilandra. »

Mince, Deathbird au pouvoir, compliquait les choses. On se ressemblait trop et on ne s'aimait donc guère. Je n'étais pas surpris par sa prise de pouvoir, elle avait toujours voulu la place de sa soeur. »

Je n’attendis pas plus longtemps. Je me relevais et me dirigeais droit vers les sanitaires en faignant d'être malade. Au lieu de prendre à droite je prenais à gauche sur la porte arrière qui donnait dans le largueur de déchets. J'activais le sas et me retrouva propulsé avec les poubelles dans l'espace. Je sifflais et ma moto me rejoignit. Quant à mon addition, K l’a mettrait sur le compte des Balts. Ils ne seront pas contents mais préféreront payer que d'avoir affaire à K. Ils se jureront sûrement de me retrouver pour se venger, ignorant que si la malchance les conduisait à nous revoir, ils n'y survivraient pas.

Je slalomais entre les astéroïdes et enclenchait les boosters. Avec un peu de bol, je rattraperais le vaisseau pirate avant qu'il n'arrive à passer la frontière Shiar.

-

Plus je m'approchais de la frontière plus les silhouettes, longeant celle-ci dans tous les sens, prenaient formes. Bien sûr le premier à devenir visible fut Titan. Il avait agrandi sa taille de façon à couvrir plus d'espace. Et il était aussi rapide dans l'espace que sur un sol d'une quelconque gravité.

Les deux autres facilement repérables furent Manta et Gladiator. Je n’avais pas à me faire remarquer pour que Gladiator me perçoive. Il avait une super-vue et un très bonne ouie. Il m'attendit et je me garais en bordure de frontière. J'aurais pu foncer tête baissée, mais je respectais ce gars, le nouveau Praetor depuis quelques siècles. Lui ne m'aimait pas, il savait que je préférais son prédécesseur.

« Slab ! Que nous vaut ta présence à la lisière de la frontière ? »

« Des affaires, Kal ! Auriez-vous laissé entrer un bâtiment dont le capitaine se nomme J'on Zon ? »

« Cela ne te regarde guère et je pense que la Majestrix Deathbird serait mécontente de te savoir dans notre Empire. Fais-toi une faveur et part loin, Slab. »

« Oh la Majestrix a changé ? Je ne savais pas. Je vois que tu restes Praetor alors que Lilandra est meilleure que sa soeur. Et tu devrais assez me connaître pour savoir que les menaces me poussent à les provoquer, Kal. »

« Et toi tu devrais savoir que je suis fidèle à ma position, non a celui qui dirige. Il passe plus vite que des étoiles filantes pour nous et mon travail est plus important. »

« Tu t'entraîne combien de fois par jour devant ta glace pour dire ça ainsi. Enfin si tu arrives à t'y regarder. Bon je pourrais bavarder gentiment ainsi toute la journée mais tous deux avons plus important à faire. Je t'informe donc que le capitaine a rendez-vous avec un possible problème pour vous – L'intermédiaire. »

« Alors tu vas les choper. Tu leur passes une fessée et me les envoies. Ou tu me laisses passer et on règle ça à deux. Après tout, même toi ne pourrais ne pas faire le poids face à l'intermédiaire en te battant au milieu d'une supernova jaune. Et je crois que c'est pas pour vous le moment d'envoyer tous la garde en un seul lieu. »

« Et pourquoi je te croirais ? »

« Parce que tu as écouté les battements de mon coeur qui t'ont indiqué que je disais la vérité. Comme si tu me le demandes, je te dirais qu'au cas où on tomberait par hasard sur le Starjammer, je prendrais le parti de Lilandra. »

« Je croyais que tu n'étais pas au courant. »

« Ouais ! Comme si tu n'avais pas écouté mon coeur et que tu ignorais ce qu'était de l'ironie. »

« Je dois en référer à la Majestrix. »

« Alors dépêche de faire le bon chien-chien parce que je risque de m'impatienter et de passer tout de même. Et pire, l'intermédiaire lui risque de ne pas t'attendre et on ignore ce qu'il veut faire avec les pirates. »

« Attends moi, je reviens. »

« Passe mon salut à Deathbird ! Elle va adorer de savoir que l'info vient de moi malgré vos espions et votre super travail de garde frontière. »

J'avais assez occupé Gladiator, tandis qu'il repartait, je tapais un code innocemment sur ma radio Kree. Un code que m'avait donné Lilandra avant mon départ de l'empire, et je l’avais tapé une heure avant d'entrer dans le champ des sens de Gladiator. Au sud est à 300 mille kilomètres de là, un champs d'astéroïdes passait la frontières et au milieu le Starjammer. Nul doute que sans notre discussion, Gladiator l'aurait remarqué. Les autres Gardes comptaient trop sur ses capacités. Je souris à Titan et Manta en attendant le retour de leur Praetor. D'ici que les espions de la Majestrix soient au courant que Lilandra n'était plus dans leur Empire, je serais loin et aucune preuve ne me reliera à sa fuite. Je m'en voulais pour la scène que Deathbird ferait subir à Gladiator et la Garde Impérial. Après tout, j'en avais fait partie et les considèrerais comme des frères d'arme. Même si j'étais contre la nouvelle Majestrix.
avatar
Mr Terrific

Masculin Date d'inscription : 07/04/2009
Age : 42
Localisation : Malakoff

http://aladria.forumgratuit.org/index.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Multiverse] Slab

Message  Mr Terrific le Ven 13 Nov - 22:32

Arc 1 : Just call me [Fin]
Partie 3 :Old and spacy


L'espace Shiar. Vous pouvez jouer les rabat-joie et me dire que l'espace ne ressemble à rien d'autre que l'espace, pourtant circuler en territoire Shiar me touche. Certes, il y fait noir avec des étoiles deci delà à des millions d'années, des galaxies, des trous noirs, pourtant ici c'est chez moi. Avec la garde Impérial, j'ai fait l'empire d'un bout à l'autre. Je connais où se situe chaque planète habitable. Où se trouvent les défenses cachées de ceux qui se sont succédés aux commandes. Bref, je m'y sens comme chez moi. Un chez moi où je n'ai pas mis les pieds depuis une éternité et où je ne serai pas le bienvenu.

Je sais qu'au fond de lui Gladiator ressent aussi cette appartenance. La différence est que lui est prêt à défendre l'Empire qui que ce soit aux commandes. Pas moi ! Déjà avec la douce Lilandra j'aurais du mal, mais alors avec une malade comme sa soeur.

Ah ça vous surprend, hein. Moi, le rebelle, le casse cou, ne pas adhérer à une assoiffée de pouvoir. Mais justement sa soif risque d'être désaltérée par un tiers. Et moi, je préfère suivre mon bonhomme de chemin. Faire mes propres erreurs. Et m'amuser selon mes règles.

Et c'est justement pour ça que cela ne m'ennuie pas d'aider Gladator, et par extension Deathbird.

Et puis avoir le Strontian à ses côtés à ses avantages. D'abord il a contacté ses compagnons dispersés le long de la frontière pour connaître par où était entré le vaisseau pirate. Je ne fut pas surprit d'apprendre que c'était le nouveau Smasher qui l'avait laissé entrer dans l'empire. Quel que soit la personne sous le costume, il n'a jamais été bien malin. On a donc coupé à travers la galaxie et Gladiator à vite repéré les restes d'énergie de leur moteur. Après ce fut comme une course poursuite sans voir qui on poursuit.

Enfin pour lui. Parce que moi je lui collais aux basques pour ne pas le perdre. Soudain il me fit savoir qu'il percevait le vaisseau. Moi j'avais que dalle en visuel. Mais bon je n'étais pas surpris.

Par contre lorsqu'il m'a arraché de ma selle sans me demander mon avis, là j'étais surpris. Certes avoir ma moto signifiait être repérable à un moment ou un autre sur leur radar. Mais tout de même on n'était pas aux pièces. Surtout lorsque celui qui vous porte va plus vite que la lumière.

Et puis moi j'aime m'annoncer. C'est plus drôle, ils essaient de se défendre. Ils paniquent. Là en quelques secondes, je me retrouve dans la salle de commande. Gladiator près de moi. Un trou béant au sol. Il avait traversé via une zone pouvant être facilement confinée pour éviter toute dépressurisation ou explosion.

« Je suis Gladiator, Préator de la Garde impériale. Veuillez vous rendre immédiatement. »

S'il pensait impressionner, c'était réussi. Par contre son plan laissait à désirer, les pirates allaient sûrement jouer la carte de la victime.

« Mais pourquoi ? Mais … Mais on n'a rien fait. On est juste des commerçants de passage. »

Gagner !

« Ouais bon, c'est bon les violons, tu peux toujours pisser dedans. Je sais que Girth vous a embauché pour les défendre. Je sais que vous n'avez pas fait le boulot, pour l'avoir fait à votre place. »
« Écoute gamins, si toi tu t'es fritté avec une armada Skrull, je m'appelle Galactus. »

Se moque le capitaine. Rire gras général. J'attends sans broncher mais mes phalanges me démangent méchamment. »

« Alors Galactus, tu va virer tous les sous que t'as arnaqué à cette planète de suite ou je t'envoie, toi et ton vaisseau sur la trajectoire du vrai Galactus. »

Lui dit calmement Kallark avec son visage violacé impassible.

« Mais … Mais ... »
« Moi je serais toi je coopérer je sais que moins il a l'air fâché plus il l'est. »

Rajoutais-je.

Silence gêné. Le commandant se rend à sa console et me fait le virement. J'évite de trop sourire parce que sinon Kallark risque de savoir que l'argent était pour moi, et que j'allais faire payer le fait d'être aller le chercher. Parfois il avait un esprit chevaleresque très énervant et pointu.

« Bon et maintenant passons aux choses sérieuses. Parce qu'il ne m'a pas juste suivi pour un règlement que j'aurais pu faire seul. Où est l'intermédiaire? »
« Qui ? »
« Ne nous prenez pas pour des idiots. Gladiator peut entendre vos cœurs battre à des kilomètres d'ici. Alors à quelques mètres, il sait faire la différence entre un mensonge et la vérité. »
« T'aurais pu me laisser expliquer à ma manière. »
« Ah désolé … Vas-y ! »
« J'ai une ouie super fine. Alors à chaque fois que tu mens je le sais. Et je déteste quand on me ment. »
« C'est pas mal, ça fout bien les jetons … Bon alors où vous attend-t-il ? »
« On était obligé. C'est pas de notre faute. »
« Oui ça on s'en branle. »
« Non, on s'en fout pas. »
« Mais il ment. »
« Non ! »
« Pfffu ! Franchement j'ignore pourquoi je travail avec toi. T'es pas drôle. »
« Je me disais la même choses … Donc si on en revenait à l'intermédiaire. Alors répondez à la question. »

Le capitaine afficha les cordonnées sur l'écran de contrôle. Gladiator les mit aux arrêts, contacta un vaisseau Shiar pour les escorter et on repartit dans l'espace.

-

Vous connaissez sûrement une fiction où un vaisseau se cache dans un champ d'astéroïdes. Mais il est improbable de donner un tel rendez-vous dans un agrégat de cailloux voguant de manière anarchique. Et pourtant lorsque votre hôte peu altéré la réalité ça devient plus que possible.

Heureusement Gladiator et moi ne sommes pas d'une telle taille. Et au pire, la force de mon pilote nous mettrait à l'abri. Et puis c'est pas comme si je pouvait mourir de toute manière.

Nous étions en avance, l'être n'était pas encore apparu à la position que nous avait indiquée le capitaine. Devant nous l'énergie de la supernova augmentait en nous entourant. Je vis Kallark frémir un instant avant de redevenir impassible. Moi je n'y ai perdu que ma peau et quelques muscles pour un instant. Mon pouvoir pallierai à l'énergie hostile dans laquelle nous flottions avec les débris qui avaient été un galaxie.

Nous avons donc attendu jusqu'à ce qu'un picotement parcourt l'air. Un vrombissement s'intensifia comme lorsque vous caressez le dessus d'un verre le doigt mouillé, en allant de plus en plus vite.

Des particules noires et blanches se formèrent en points dans un champ d'énergie bleutée. Puis une implosion eut lieu, les particules se rassemblant au centre formèrent une silhouette. Un vent d'énergie m'aurait envoyé valdinguer si Gladiator ne m'avait protégé de celui-ci.

L'être aux vêtements noirs et blancs nous fixa les bras croisés. L'agent de l'ordre et du Chaos ne semblait guère impressionné.

« Je suis Gladiator, Préator de la garde Impérial Shiar. Vous êtes sur le territoire de l'Empire. Au nom de L'Impératice Deathbird, rends-toi ou quitte les lieux sur le champ. »
« Je suis L'intermédiaire. Agent de Dame Ordre et de Lord Chaos. Je vais où bon me semble et vous n'allez n'interférer en rien avec mon affaire. »
« Bon si on peut passer l'auto-cirage de pompe. Pour ce qui est de ton rendez-vous tu peux te brosser. J'ignore pourquoi tu avais besoin de ses minables mais vaudrait mieux passer par moi. »
« Va-t-en maintenant, ce sera mon dernier avertissement. »
« Je ne partirai pas. Et sache, toi dont l'âge n'est pas à son image que j'avais besoin d'eux pour te conduire à moi. »
« En territoire Shiar. Tu sais qu'il y avait plus simple. Un coup de fil par exemple. Et puis, tu aurais pu m'apparaître n'importe où dans l'univers. »
« Slab soit t'es avec lui. Soit contre moi. Maintenant. »

Dit Gladiator en fonçant droit sur l'intermédiaire. Celui-ci pâlit alors que son corps laissa la place à un porte spatio-temporelle. Gladiator se retrouva en un instant à l'autre bout de l'univers. Ca ne le retiendrait pas longtemps cependant et ces deux zouaves pouvaient jouer à ça toute la journée.

« Que me veux-tu ? »
« Moi rien, Dame ordre et Lord Chaos veulent te voir. Me suivras-tu de ton plein gré ?. »
« Sans problèmes. J'attends juste ma moto. Parce que sinon elle me retrouvera et par extension Gladiator nous retrouvera. »

Je savais que j'avais pas intérêt à remettre les pieds devant lui avant longtemps. Il ne serait pas content de nous voir disparaître. Même s'il ne désirait pas nous voir sur son territoire. Allez comprendre ! Problème d'égos et de testostérone en surdose sans doute.

-

Pour moi rentrer dans le domaine de Dame Ordre et Lord Chaos se rapprochait d'une véritable gueule de bois par mal de mer. Je n'osais imaginer pour quelqu'un qui n'avait pas mon pouvoir et n'était pas invité. Mais après tout, qui aurait osé pénétrer dans cet espace entre l'asile psychédélique et la rectitude géométrique amalgamés et changeant de l'un à l'autre.

J'étais protégé par le champ de l'intermédiaire qui stabilisait nos molécules, grâce à son pouvoir sur la matière.

Oui rien que ça. Je ne plaisantais pas en disant que même avec l'ensemble de la garde, Galactus aurait eut du mal à le vaincre malgré l'énergie solaire l'alimentant.

J'ignorais même si son pouvoir aurait pu mettre un terme au mien s'il décidait d'éparpiller mes cellules dans l'espace. Et donc de mourir enfin.

Mais j'avais déjà bien assez mal au crâne comme cela pour me pencher sur la question.

Dame Ordre et Lord Chaos m'apparurent. La belle et la bête. Tous deux contraires et pourtant unis dans un esprit commun. L'ordre ne peut exister sans Chaos et vice-versa.

Pour eux, je ne devais paraître que Chaotique et une intuition désagréable me soufflait qu'ils m'avaient fait venir pour y remettre de l'Ordre.

L'intermédiaire était un bel exemple de leur conception d'équité cosmique de leur domaine. Et mon existence faisait pencher la balance de façon brutale. Bien sûr, si j'avais été plus dans les règles héroïques, cela aurait remis de l'ordre. Mais non. Tout comme il était impossible que par delà l'univers aucune créature ne soit mon contraire et donc rétablisse l'équilibre.

En fait, je me demandais bien pourquoi, ils avaient attendu aussi longtemps avant de régler ce problème.

*Bonjour à toi, Slab, ton cheminement est le bon. Mais n'aie crainte mes intentions sont justes et droites.*

La phrase était parvenue directement dans mon cerveau. Et ça fait un mal de chien.

*Ire. soahC. Mon. eJ. Lord. iuQ. Salutation. tnangianrC. Être. noM. Toi. eniamoD. De. siareS.*

Là la douleur était pire surtout qu'il me fallut un moment pour tout remettre à l'endroit. Surtout qu'il n'utilisait pas le bon temps pour chaque verbe. Mais je devais être chanceux qu'il utilise du moins le bon mot. Pourtant c'était deux phrases simples. « Salutation, je suis Lord Chaos. Craint mon ire toi qui est de mon domaine. »

Vous avez de la chance que je ne sois pas pervers et que je sois trop flemmard pour tenter de me souvenir du reste de ses phrases décousues. Parce que j'aurais pu vous laisser vous amuser à les comprendre. Mais je vais faire simple et vous expliquer en gros ce qu'il m'a dit.

Il était fier d'avoir une engeance ou un enfant, j'ai pas trop compris le terme utilisé, comme moi. Que j'étais un défi aux lois établies et c'est là que l'ordre froide comme un iceberg a déclaré:

*Accepte qu'on remédie à la situation ou l'univers que tu connais ne sera plus.*

Pour imagé ce dernier point elle créa un écran montrant l'espace de la frontière Shiar. Le Strongtian avait abandonné l'idée de nous trouver et avait rejoint son poste.

Ce n'était donc pas seulement pour tenter l'évasion de Lilandra qu'il était là. Mais pour stopper une menace. Car un nuage de particules entourait la frontière prêt à la broyer.

Comment avais-je pu la traverser sans rien sentir. Comment avais-je pu ne pas le remarquer avant. Je comprenais maintenant l'inquiétude que j'avais cru entendre dans la voix de Gladiator. Je Comprenais aussi pourquoi il avait autant tardé à accepter à me suivre. Et je comprenais qu'il ne parla pas du fait que je venais de survivre à un amalgame de matières mortelles. Après tout, ça pouvait être dans mes compétences. Ca expliquait que je lui aie porté sur les nerfs car même lui ne pourrait survivre. Et il préférait crever que de me demander mon aide.

Pourtant il était clair que le nuage était formé par l'intermédiaire, ce qui expliquait l'insistance de Kallak à le voir quitter les lieux. Et si le Strontian et moi avions traversé sans problème le nuage, c'était dû au bon vouloir de l'intermédiaire. Car encore une fois, je n'étais pas certain d'y survivre.

Lilandra ayant quittée les lieux et traversée le nuage sans problèmes aussi, j'aurais pu décider de mettre fin au règne de Deathbird en refusant l'offre. Mais il y avait des nombreuses vies en jeu. Des millions de mondes, de races, d'atomes … Dame Ordre était prête à changer tous cela en quelque chose de moins chaotique que la vie rien que pour contrebalancer mon pouvoir.

La part de rébellion, de violence, de haine qui était en moi était prête à lutter pour garder son intégrité physique. Mais pas au prix d'autant de vies.

« Avant je voudrais faire remarquer que vous le regretterez peut-être un jour. Mais je dis ça, je dis rien. J'accepte donc. »

L'intermédiaire sembla déçu, il ne pourrait faire joujou avec la matière d'un univers complet. Non il ne devrait se contenter que de moi.

*Je suis ordre et en tant que tel ne peux te retirer le fait de souffrir.*

Chaos étant Chaos il m'expliqua que lui non plus ne pouvait me retirer la souffrance. A priori c'est une sensation équilibrée entre les deux. Et donc lorsque L'intermédiaire se tourna vers moi, je ressenti mille morts. Mes molécules les plus infimes me brûlaient au-delà de toute conception. Ma peau sembla s'effriter. Les millions de plaies que j'avais subies par le passé se rouvrirent. Aucun sang ne s'évacua de mon corps parce que l'intermédiaire l'avait changé en quelque chose de plus solide. J'aurais pu sentir mon ADN bouger ostensiblement si ma psyché ne partait à vau-l'eau. Elle se délitait pour se reconstituer comme les grains d'un sablier passant d'une partie à l'autre de ce dernier. Et cela à un rythme lent mais irrémédiable.

Puis tout stoppa d'un coup. Chaos et Ordre étaient tournés vers un nouvel arrivant. J'ignorais qui venait de stopper mon supplice. Ni si je devais le remercier ou le détester puisqu'il reprendrait souvent.

Je ne compris pas grand chose aux événements suivants. A posteriori, il semble que l'être et l'intermédiaire se soient combattus. Ni ordre Ni Chaos n'ont réagis. L'homme devait être bien préparé pour avoir pénétré en leur domaine sans leur protection. Comme pour les empêcher d'agir. Il n'avait fait que des choix équitables pour une partie comme pour l'autre. Je distinguai une bague à son doigt orné d'un cristal incomparable à tous ceux que j'ai vu.

Avec lui, il contrait les attaques de l'intermédiaire. L'être qui contrôlait la matière ne pouvait rien contre le géant au visage buriné violacé. L'intermédiaire perdit et l'autre partie après lui avoir volé un objet. Ordre et Chaos furent furieux mais déclarèrent ne rien pouvoir faire contre le dénommé Thanos. Ils punirent l'intermédiaire en l'enfermant dans un champ. Et ils me renvoyèrent en disant qu'en effet ils regrettaient. Je flotta plusieurs jours inconscient avant d'être retrouvé par Kallak. Je fus admis à l'infirmerie de la garde. Il avait convaincu Deathbird qu'elle me le devait. Que j'étais pour quelque chose dans la disparition du nuage. Tous les médecins étaient circonspects. Je devais mourir mais ne l'étais pas. Je ne devais plus guérir et pourtant.

Je suis Slab. Je suis entre Ordre et Chaos. Je suis mercenaire. Si vous me blessez, je survivrai.

Mais je peux mourir de la bonne façon. Et le pire est que j'ai un sens éthique maintenant. J'ai donc rendu son argent au gouverneur de Gith. J'ai toujours un corps de gamin, ils auraient pu en profiter pour changer ça tout de même. Je suis Slab … Et ma vie craint. Alors appelez-moi pour que je fasse de celle de vos ennemis un enfer.
avatar
Mr Terrific

Masculin Date d'inscription : 07/04/2009
Age : 42
Localisation : Malakoff

http://aladria.forumgratuit.org/index.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Multiverse] Slab

Message  Mr Terrific le Jeu 28 Jan - 22:45

Arc : Numéro 8
Partie 1 : Règlement de compte et autres dettes d'honneur

Les dédales de Zenn-La. Vous vous demandez sûrement ce que je fous sur la planète la plus militarisée de l'univers. Dans sa prison de haute sécurité de plus. Bon là, vous vous dites que je me suis fait choper en mission. Même pas je m'y suis livré en fait. Une tonne de temps qu'il y avait un avis à mon nom. Et une bonne récompense en plus, que je toucherais lorsque je sortirais d'ici.
Mais je ne suis pas pressé, voyez. Non, j'ai comme qui dirait des problèmes avec mon pouvoir. Je ne suis plus aussi immortel qu'avant. Du coup lors de ma dernière mission, je n'ai cessé de douter, et me suis fait coiffer au poteau par un newbie. Ce genre d'infos à tendance à vite faire le tour, surtout en ne me voyant pas me venger comme il aurait fallu. Oh, je me suis vengé, mais pas de manière aussi spectaculaire que d'habitude. Du coup, un gars comme moi a une tonne d'ennemis attendant ce genre d'occase pour frapper. Alors je me suis mis en vacances dans un lieu où ils ne viendraient pas me chercher. Un lieu où un gars puissant a une dette envers moi.

Donc me v'la dans les dédales et j'ai rendez-vous avec mon psy. Où qu'on soit dans les dédales, le psy nous est envoyé par Hologramme. Ils sont pas assez stupides pour envoyer un otage potentiel.
J'ai pas encore débouché dans les sections souterraine lors de notre premier entretien.
- Parlez-moi de vos parents.
La question classique.
- Je n'ai aucune échéance avec ma famille.
- Vous ne vous sentez pas responsable de leur mort. Avec votre don, vous auriez pu les sauver. Sauvez votre peuple entier.

Ce n'était pas faux. Je me revois sur le terrain lors de l'invasion skrull. Je n'avais aucun problème pour résister, et me remettre de mes blessures les plus graves. Jusqu'à leur canon à particule. Là j'ai mis du temps à me reformer. Je me suis même cru mort pour de bon.
- Vous savez doc que j'avais pas les moyens d'éviter les canons. Pas les moyens de me reformer assez rapidement pour qu'ils ne m'entravent pas. Les seuls responsables sont les skrulls.
- Et les Shiars qui ont mit du temps à agir non.

Pas faux, de nouveau. Mais …
- Non, Lilandra avait une menace cosmique à calmer avec sa garde. Elle a sauvé un univers entier, c'est déjà pas mal. Je n'en veux pas au shiars.

Et comment vivez-vous votre différence psychique et physique Slaborvin Nall.
Je déteste mon nom entier. Pas pour rien que je l'ai raccourci. Je pensais que la destruction de ma planète me permettrait son oubli. Faux croire que les autorités de Zenn-La sont plus que pointilleuse en ce qui concerne leurs prisonniers. Ils veulent tout savoir. Ne rien omettre pour éviter une évasion. En temps normal, il ne m'aurait pas enfermé ici. Il m'aurait tué indéfiniment dans un labo. Mais comme j'ai dit la rumeur a vite fait le tour des mondes. Je ne suis plus aussi dangereux qu'avant.
- Comment voulez-vous que je le vive. Ca craint un max. Vous vous rendez compte le mal que j'ai à lever une gourgandine.
- Et comment vivez vous la perte de votre immortalité.

Merde, elle serait face à moi. Aussi jolie que le Dr Shalla-Bal peut être, je l’aurais tué sans ciller.
- Je vois que cela est un point sensible. Vous vous sentez ôter de votre mojo, un peu comme une castration.
- Salope !

Elle me laissa sur ce réfléchir à notre première discussion.

-

Trois jours plus tard. Plus je m'enfonçais dans les profondeurs des dédales plus je me sentais en sécurité. C'était un vrai labyrinthe ici. J'avais brouillé mes traces de façon que si un de mes poursuivants entre en Dédale, il ne puisse me retrouver quel que soit son degré de traque.

Je n'avais rencontré que les plus faible jusqu'ici. Ceux ayant trop faim pour attaquer sauf par lâcheté. Et ma réputation n'était pas encore assez entachée pour m'inquiéter. Ce serait dans les étages de laves qu'il me faudrait user de mon atout. Car là bas, ils sont intelligents. Ils sauront que si je suis là, c'est que je ne suis plus le même.

La psy revient me hanter alors que les nuages de cendres montent des étages de laves. J'ai des larmes aux yeux et ils me piquent comme jamais. Je déteste être si dépendant de mon pouvoir. Ne pas réagir comme à l'habitude. Normalement, mon système aurait vite pallié les désagréments. Mais là je vois trouble et suis obligé de m'arrêter.
- Alors avez-vous réfléchi à votre problème ?
- Et vous avez vous réfléchi à la façon dont vous préférez mourir.

Normalement ce genre de phrase l'aurait fait blêmir. Là, elle sourit.
- Votre seuil de douleurs a atteint une limite qu'avant vous n'imaginiez pas.
- Idiote je souffrais déjà avant.
- Rapidement. Trop pour vraiment le ressentir. Plus maintenant. Un simple nuage de fumée vous fait vous arrêter. Alors une arme quelconque … Vous douterez. Vous redouterez la douleur. Vous ferez des erreurs et vous mourrez une fois pour toute.
- Pas peur de mourir.
- Parce que vous en êtes toujours revenu. Mais plus maintenant. L'oubli total, le supporterez vous, vous qui êtes si fier ?
- Si j'étais vraiment fier je ne serai pas ici.
- Vous n'avez pas le choix et vous démontrez mon point. Logiquement vous n'auriez pas à venir vous terrer ici.
- Ok j'ai peut-être peur de mourir et de souffrir. Et alors je suis un être vivant c'est normal.
- Sauf que jusqu'ici vous n'aviez pas à vous en soucier. Vous pouviez affronter une armée entière en étant sûr au final d'être le seul à en sortir indemne après de multiples morts. Plus maintenant.
- Mais je sais toujours comment tuer.
- Sans faire d'erreur ? Non, sinon vous ne viendrez pas lui demander asile. Voir lui demander de vous entraîner. En temps normal, si bon soit-il, vous auriez eu le dessus. Plus maintenant.
- Et alors, c'est pas un concours entre nous. Ca ne l’a jamais été.
- Croyez-vous ? Ne vous doit-il pas une dette d'honneur ?!

Merde ! Elle m'énervait à avoir raison. Lui et moi avions un passif. On avait décidé d'en faire une amitié. Enfin, je l'avais décidé le jour où il me dû sa vie. Je n'avais alors jamais pensé qu'il devrait me rendre la pareil un jour. Il avait apprécié chez moi que je ne demande rien en retour. Et tout allait changer. Allions nous devenir ennemis après ?
Putain, dans mon état, même s'il m'entraînait avant pour tenir sa parole je n'ai aucune chance.

-

Une semaine que je suis arrivé dans les étages de lave. J'ai arrêté d'avoir des larmes, mais mes yeux me brûlent constamment. Je déteste être aussi sensible. J'ai déjà dû par deux fois dire que j'étais sous sa protection. Je serais mort sinon. Et croyez-moi lorsque je dis que cette fois je ne serais pas revenu. J'avais des contusions, encore quelques bleus, mais ma cheville foulée était enfin soignée. Ma psy m'avait rendu plusieurs fois visites.

On avait avancé. Relations sociales et conflits avec l'autorité. Relation à la mort et à la vengeance. Haine et respect pour le super-skrull. Désastre de mes relations amoureuses. Rapport œdipien à mon physique. Trouble dû à mes choix sexuels et pédophilie. Je pensais avoir fait le tour.
J'avais appris que trois groupes étaient entrés après moi. Trois groupes me recherchant pour me tuer. Et qu'il m'attendait pour tenir sa promesse.

Il me faudrait encore un mois de voyage. Mes vivres se faisaient rares. Certains ici avaient tournés au cannibalisme à force. Moi j'avais prévu la faim, mais je commençais à douter d'avoir bien établi. Je l'avais jaugé d'après mes anciens pouvoirs en tentant de prendre en compte les changements. Mais, il fallait avouer que celle-ci commençait à se faire sentir bien trop tôt à mon goût. Ainsi que la soif. Je ne pense pas mourir d'un manque. Mon pouvoir pâlirait à ceux-ci. Mais ce serait une souffrance de plus. Une que je n'avais pas estimée à sa juste valeur. J'aurais dû prendre plus de vivre.

-

Je repris conscience entre les deux bras qui m'avaient amenés à lui. J'avais réussi à dire son nom avant de m'évanouir. J'ignorais ce qu'il pensait mais rien à mon avantage.
J'étais encore plus pâle qu'à mon habitude. Plus maigre aussi. La faim me tiraillait à chaque éveil et je grimaçais sans le vouloir.

Lui était dans toute sa splendeur. Sa peau était huilée par les femmes qu'il s'était approprié. Il avait fait raser ses cheveux. J'ignorais comment il se lavait ainsi que ses vêtements, mais il sentait le propre malgré les cinq mètres nous séparant.
Debout dans un costume fin gris métal, il me regardait les yeux froids. Par pitié, il pouvait décider de me tuer. En rien il n'aurait failli à notre contrat en choisissant cela. J'attendais en geignant comme un animal blessé. J'aurais pleuré si j'avais encore du produit lacrymal dans mes yeux devenus rouge. J'étais pathétique, me protéger pouvait desservir son pouvoir. Pour ses hommes, je n'étais en rien la description qu'il avait dû leur donner de moi. Une légende de mort inéluctable.

Il retourna à son trône réfléchir. Il l'avait fait avec des débris trouvés ça et là. Pour le dos, il avait trouvé une planche de métal. Une partie était plantée en terre et son autre extrémité était arrondie.
- Soignez-le et nettoyez-le comme s'il était moi. Nourrissez-le aussi. S'il doit mourir, ce sera par ma main. Mais pas aujourd'hui. Pas dans cet état ! Cela ferait honte à ma promesse.

Ainsi avait parlé Norrin Radd. Et j'étais de nouveau traîné hors de sa vue cette fois. Je m'évanouis avant de le quitter des yeux.
avatar
Mr Terrific

Masculin Date d'inscription : 07/04/2009
Age : 42
Localisation : Malakoff

http://aladria.forumgratuit.org/index.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Multiverse] Slab

Message  Mr Terrific le Ven 28 Mai - 4:51

Après l'histoire du Newbie et avant d'arriver dans les dédales j'avais accepté une autre mission. Rien de bien compliqué, une extraction dans un qg de la pègre galactique. En temps normal une telle mission m'aurait pris au pire quelques minutes. Mais depuis que mes pouvoirs avaient considérablement baissés, je devais faire un bon plan. J'avais connu les trucs pour repérer les meilleurs moyens de sortir, ou pour calculer le nombre d'hommes entre moi et ma cible. Mais d'habitude je joue sur mon pouvoir et cela faisait longtemps que je les avais oubliés. Pourtant je ne pourrais jouer sur ma réputation, car pour eux il valait mieux me tuer deux fois voir plus, et être persévérant pour être sûr que je ne me relève pas. Et jusqu'ici je m’étais toujours relevé, mais maintenant une seule fois pourrait suffire. J'ai donc eu des doutes et les boules. C'était la première fois que la peur s'installait. J'y suis pourtant allé. J'ai débarquer par une fenêtre sur ma mob, défoncer les trois gardes, chopper mon gars en me servant de son corps comme protection et suis repartit. Voilà comment j'avais fini par valider les échos se faisant dans l'univers sur ma perte de pouvoirs. Et comment les chasseurs de prime et mes autres ennemis s'étaient dis qu'ils pourraient se payer ma tête et gagner la récompense. Surtout que bizarrement dans ce métier qu'est le mien ce n'est pas seulement des professionnels qu'il faut s'inquiéter mais aussi des amateurs. Et parmi eux se trouvait les deux Balts que j'avais laissés au bar de K.



-



Lorsque je repris mes esprits les servantes de Norrin me massaient le corps avec une crème qui calmait les brûlures étendues sur ce dernier. Mon pouvoir n'avait pu tout guérir et avait du faire des choix. Ainsi avait-je survécu au manque d'eau et de nourriture. En bougeant la tête je remarquais un cathéter à mon bras droit. Il était relié à un produit qui m'était inconnu. Mais il avait dû me nourrir et me réhydrater car je ne souffrais plus de manque.

Norrin vient me rendre visite le cinquième jour. Il m'apprit que des hommes avaient tenté de forcer les portes de la prison en vain. Ils ne tarderaient pas à comprendre que la façon la plus simple et sûr pour entrer était de se faire accuser d'un crime et d'être jugé par le conseil de Zen La.

Mais je n'étais pas complètement seul pendant ces cinq jours. Déjà les femmes, que Norrin protégeaient, se relayaient pour prendre soin de moi. Et Shalla Bal m'apparaissait de nouveau pour continuer ma thérapie.

- Comment concevez vous de prendre une vie maintenant que vous êtes aussi mortel que nous.

- Vous me dites ça comme si j'étais un monstre. Vous savez que la plupart d'entre vous, simple mortel, prenez aussi souvent la vie que moi pour certains. Et puis c'est pas comme si j'y prenais plaisir … A part pour les Skrulls.

- Vous les haïssez donc tant que ça ?

- Et pourquoi pas ! C'est plus sain que de me détester ou de refouler cette rage sur des innocents.

- Pourquoi vous ne protégez pas particulièrement les innocents. Vous êtes un mercenaire.

- Oui, mais je n'ai jamais tué un seul innocent. Et puis j'améliore l'univers à ma manière.

- Vous pensez être un héros ? Un sauveur ?

- Non, je ne suis pas assez fou pour croire ça.

- Alors dites moi. Hésiterez vous à prendre une vie de nouveau ? Ou à protéger un innocent avec la vôtre ?

Elle disparu me laissant réfléchir à ma réponse. Elle savait que je ne pouvais trancher sans y réfléchir. Ce n'aurait pas été une réponse franche.



-



Lorsque Norrin me reçu enfin j'avais recouvert mon teint laiteux habituelle. J'ignorais comment il était fourni en nourriture, boisson et matériel; mais j'avais pu jauger qu'il ne manquait de rien.

Il m'attendait au centre d'un cercle tracé au sol un bâton en main. Je savais qu'en posant le pied dans ce dernier je devrai me battre. Alors j'en fit le tour et commençait à parler.

- Je te remercie pour ta bienveillance Norrin.

- Je ne fais que respecter une vieille promesse. Je commence à regretter de te l'avoir faite.

- Ce n'est pas comme si tu avais eu le choix.

- En effet, quand te décideras-tu à me faire face.

- Un jour tu m'as dit « il ne sert à rien de brusquer le vent qui se lève, il soufflera autant qu'il lui plait et tu ne pourras l'attraper ».

-Je m'en souviens. Un vieux conseil de mon maître. Tu ne te sens donc pas prêt à faire face à moi. Tu es pourtant là pour que je te réapprenne à survivre et à tuer.

- Je sais !

- Et si tu continues à rester faible, je ne pourrais faire autrement que te tuer, pour ne pas perdre mon statut.

Je sais !

Je choisit un bâton et entrait dans le cercle. On se salua. Les hommes de Norrin vinrent s'asseoir alors qu'on tournait en rond en jaugeant nos défenses. Sortir du cercle signifie qu'on perdait par faiblesse ou lâcheté. Tomber des mains de l'adversaire était plus respecté. Je savais être incapable de faire ployer Norrin. Mais j'étais là pour apprendre de ses technique. Il avait choisi le Bâton comme une insulte. Je n'étais pas digne encore de me battre avec des armes plus courtes ou avec les mains contre lui. Pour ce genre de corps à corps je devais d'abord prouver ma bravoure avec une arme à allonge.

Norrin trouva le premier une brèche dans ma défense. Il faut dire que je n'avais jamais eu besoin de me soucier de ma défense. En tombant en sol j'appris que je devrais faire plus attention. Il me laissa me relever et on continua ainsi l'après midi entière. Il me dévoila une douzaine de mauvaises protections et à chaque fois il ne retenu pas ses coups. Malgré la fatigue je lui fis face pour montrer que je n'étais pas un lâche à ses hommes. En fin de journée je parais ses attaques et pouvait enfin tenter de l'attaquer. Bien sur là encore il me fallut plusieurs erreurs et coups pour me dévoiler les portions de mon corps que je dévoilais à l'ennemi. Mais je suis rapide et j'apprends vite. Lorsque l'heure du coucher sonna on s'était échangé une vingtaine de parades sans coups férir. Je ne trouvai cependant pas d'ouverture et c'est lui qui m'assomma pour le compte lorsque la fatigue fit baisser ma garde.



-



Le lendemain on s’est battu à l'arme blanche. Il me dévoila de nouvelles failles dans ma défense on ne pouvait se battre avec la même parade qu'avec les bâtons. Puis on combattit bâton contre arme blanche et vice-versa. Là encore il m'apprit à adapter mes parades contre mon adversaire. J'avais eu le droit à être sonné plusieurs fois, mais j'avais réussi à l'écorcher une fois devant notre public stupéfait. Lorsqu'on passa au combat au corps à corps Norrin fit sortir l'assistance. L'art du Hij-nest était réservé qu'à de rares personnes. Norrin le tenait de son maître. Et j'allais devenir son élève. Je savais les techniques mortelles. Norrin m'avait dit qu'il avait mit fin à la vie de son maître une fois son apprentissage fini. J'espérais que le mien ne se terminerait pas comme le sien, ou par ma mort. Norrin avait la rapidité et la fluidité d'un surfer. Ses coups étaient aussi puissants que les lames des vagues sur la roche. Grâce à ses techniques je pourrais survivre face à une feu nourri. En tout les cas je l'espérais. Son maître lui avait donné le nom surfer d'argent. Norrin me donna celui de Firelord. Car selon lui j'étais aussi impulsif et brûlant qu'une flamme. Soudain une jeune femme nous interrompit à la surprise de Norrin.

Seigneur Radd. Des étrangers on envahi les dédales. Même si certains sont morts au premier niveau, ils sont encore nombreux et avancent vite. Le peuple des dédales sud demande votre protection contre leur territoire.

- Et bien Slab, si j'avais pensé que tu n'amenais rien de bon, je me serais trompé.

- Mais tu me fais l'honneur de ne pas le penser.

- En effet tu as fait des progrès remarquables. Même ceux qui avaient commencé à comploter contre moi s'en étaient rendus compte avant que je ne les tue.

- Désolé que tu aies perdu des hommes par ma faute.

- Ne le soit pas, c'était des couards qui se cachaient dans l'ombre depuis bien trop longtemps. Ton arrivée m'a bien servi en définitive.

Alors que la jeune femme s'était retirée Shalla Bal apparu.

- C'est pas le moment pour une séance, je ne sais pas si vous êtes au courant mais le dédale est assiégé.

Lui dis-je. Mais, elle n'eut cure de moi et se dirigea vers Norrin Rad.

- Je viens demander que tu tiennes ta promesse surfer, les dédales sont en effet assiégés mais notre administration aussi. Si tu ne fais rien, le conseil et moi-même allons mourir.

- Et tiendrez vous la vôtre Shalla Bal.

- Ta liberté et mon amour te seront acquis Surfer. Je serais ta Neuvième épouse.

- Slab nous avons un monde et une prison à libérer.

Je le regardais stupéfait. Bien que j'aurais dû savoir qu'il avait aussi les visites de la psy, je n'avais pas compris que c'était d'elle qu'il tenait ses vivres. Je me demande ce qu'il avait fait pour la convaincre.



-



Avec les hommes de Norrin, nous avions commencé à protéger son domaine s'étendant maintenant jusqu'aux dédales sud. Celui étant aux cannibales, ni Norrin ni moi nous inquiétons de leur survie. Notre plan était simple tuer tous ceux qui avait réussi à venir jusqu'ici et remonter en groupe vers l'extérieur. Dans chaque section reprise, Norrin y laisserait ses hommes, si bien qu'on ne serait que deux à arriver aux portes des dédales. Il promettrait la liberté et la vie à tous ceux rejoignant nos rang et une fois le conseil et Shalla Bal hors de danger, il comptait sur eux pour rouvrir les dédales à l'air libre comme cela avait été le cas avant que cela ne devienne une prison.

La première partie du plan fut simple. Les rares chasseurs arrivant à nous était exténués et brûlaient plus que moi à mon arrivée. Grâce au costume jaune métallisé qu'il m'avait fait faire je n'avais plus rien à craindre des cendres ambiantes. Tous ses hommes portaient un tissu d'une couleur bleutée. Quand à Norrin, il avait recouvert la sienne d'épaulette et portait une hache. Il m'apprit qu'il devrait s'en servir contre un ancien élève devenu cannibale.

Nous fîmes donc un détour pour exterminer ses abominations. Parmi eux, un homme à la peau rocheuse grise se tenait lui même avec une hache en attendant Norrin.

- C'est enfin l'heure de ta mort Surfer !

- Non la tienne Terrax.

Les deux hommes se jaugèrent avant de se lancer au combat. D'un côté comme de l'autre les coups pleuvaient à une rapidité que je n'égalerais sûrement jamais. Leur défense et leur attaque étaient aussi puissantes. Aucun ne semblait prendre l'avantage. Norrin me demanda alors de commencer à monter avec ses troupes. Je quittais le combat avec regret et m'exécutais !

Alors qu'on s'éloignait nous entendions les bruits de métal derrière nous.



-



Lorsque j'arrivais avec un groupe de cinq hommes au premier niveau. Pour beaucoup ça faisait longtemps qu'il n'avait pas quitté les souterrains. La lumière qui régnait ici bien qu'illusoire les ragaillardirent. Je ne comptais que peu de pertes dans les hommes de Norrin. Ce dernier ne nos avait pas encore rejoint. J'avais aussi décompté des centaines de corps morts à l'étage précédent et quelques survivants que nous avions dû achever. Au premier niveau restaient les lâches qui s'étaient emparés de ce dernier facilement et qui malgré le prix mis sur ma tête avait compté sur mon apparition plutôt que sur le fait d'arriver à moi.

Je n'offris même pas une porte de sortie aux mafieux et autres vandales et pirates intergalactiques qui n'avaient pas eus le courage de suivre les vrais chasseurs de prime. Maintenant que j'y pensais, il y allait y avoir un sacré trou dans cette branche et peut-être que pour un temps je pourrais passer de mercenaire à traqueur. Une fois les derniers corps laissés sans vie, je fis sécuriser les lieux par les derniers hommes disponibles. Et j'étais enfin prêt à sortir de cet enfer.

Je m'approchais des portes de métal sachant que ses immenses structures de la taille d'un building n'existaient pas aussi. Je les passais pour arriver dans la chambre où les téléporteurs amenaient les prisonniers. Norrin m'y attendait se tenant avec ses armes. Bien que salement amoché il m'en aurait voulu de lui faire la moindre remarque.

- J'ai failli me lasser de t'attendre.

Me dit-il.

- Par où est-tu arrivé.

- J'ai pris un raccourci.

- Tu m'en diras tant.

- Bof, ça été facilité par le ménage que mes hommes et toi avez fait.

- Comment sort-on ? Tu sais que ce n'est qu'un aller simple normalement.

- Comme si tu n’avais pas prévu de t'évader.

- Et bien en fait je comptais un peu sur toi.

- Et moi je compte sur une amie.

En quelques secondes une lumière douce nous entoura et on se retrouva dans la salle de jugement. Il n'y avait plus personne. Et nous savions l'administration prise d'assaut. J'avais de nouveau peur, mais en voyant mon allié jeter sa hache et avancer comme si de rien n’était malgré sa blessure au flanc gauche, je pris sur moi et le suivit.



-



On avait fait le ménage devant le parvis, dans le hall, devant les portes du conseil. Ils avaient été surpris de nous voir franchir leurs portes pour leur annoncer que le danger était écarté. C'est sûr que sortant de la bouche des pires criminels censés moisir aux dédales, ça ne doit pas être rassurant.

On arriva enfin au bureau de Shalla Bal. Celui-ci avait été forcé et mes deux amis Balts se protégeaient avec la jeune femme.

- Mauvaise idée !

Leur dis-je.

- Non très bonne au contraire ! Nous étions sur que tu sortirais des dédales vivant, ainsi que le Surfer. Rendez-vous et nous laisserons partir la fille, une fois qu'on vous aura tué.

- Mais bien sûr.

- Si vous touchez un cheveu de Shalla Bal, vous êtes morts.

- Peut-être que Slab est en état de faire des menaces mais pas toi Surfer. Et puis Slab est aussi mortel que nous maintenant.

- Oh, je ne vous aie pas dit. C'était du bluff. Un plan pour me faire du fric en m'offrant à la prison et pour libérer mon ami ci présent. Il a marché du tonnerre d'ailleurs.

Soudain une énergie violette entoura les coups des Balts et les fit céder. Je reconnus de suite l'homme pourpre. Mais c'est Norrin qui prononça son nom avec haine.

- Thanos !

- Salut Surfer, j'ai entendu parler d'une évasion, je suis venu voir. Tu peux me remercier, je viens de sauver ta belle. Il faut dire que ce n'est pas honnête de se cacher derrière une femme.

Les deux ennemis se firent front. Thanos lança en premier son attaque en vain. Malgré sa blessure, Norrin l'évita, s'empara au passage de sa bien aimée et la déposa à la porte.

- Fuis !

Lui ordonna-t-il.

Je vois que tu as de nouveaux pouvoirs Thanos. Qui as-tu tué encore pour voler une si grande puissance.

- Tu ne le croiras pas mais personne.

- Je déteste faire tapisserie les gars, je peux me joindre à vos discussions.

- Non Slab tu dois rester en dehors d'un combat entre élève et maître.

- Je croyais que t'avais tué ton maître.

- Oh, il m'a tué.

Oui, mais ce fou aimait tant la mort qu'elle l’a laissé vivre pour qu'il fasse son œuvre.

Et elle ne le regrettera pas. Tous ces morts que vous avez envoyés à ma maîtresse c'est un peu de mon œuvre en un sens.

Ils échangèrent des coups. Comme avec Terrax c'était impressionnant, mais Norrin était blessé et moins rapide. Au moment où je reconnus un coup fatal que Thanos portait vers Norrin une forme s'interposa. Shalla Bal s'écroula en regardant l'homme pour lequel elle s'était sacrifiée. Elle lui susurra quelques mots à l'oreille avant de s'éteindre.

- Qu'a-t-elle dit ?

- Que comme promis les dédales étaient libérés. Mais qu'elle ne pourrait tenir son autre promesse.

Déclara Norrin en se relevant tant bien que mal.

- Je savais que je devrais te faire fasse de nouveau Thanos. Je ne suis pas en état de finir ce combat. Mais je sais qu'un jour Slab le finira pour moi. Tuez-moi, je n'ai plus de raison de vivre, et je la rejoindrai dans la mort.

Accordé !

Thanos déclencha de nouveau un coup fatal. Mais au moment où il toucha le corps de Norrin une lumière entoura ce dernier et Shalla Bal provenant du cristal en possession de Thanos.

Norrin, Thanos et Shalla Bal disparurent corps et biens. Il ne resta que le cristal qui se brisa à terre. Je quittais Zenn-La quelques heures plus tard, après l'ouverture des dédales et sans savoir ce qu'il était advenu ! Dans ma poche les morceaux de cristal étaient coupés en trois. Je ne fis pas attention à leur reflet alors que dans l'un, Norrin et Shalla Bal était heureux, dans l'autre, Thanos criait pour sortir et dans le dernier, le Sorcier était prêt à revenir dans notre univers.
avatar
Mr Terrific

Masculin Date d'inscription : 07/04/2009
Age : 42
Localisation : Malakoff

http://aladria.forumgratuit.org/index.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Multiverse] Slab

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum