[Multivers Select] Dark Side

Aller en bas

[Multivers Select] Dark Side

Message  Mister B le Lun 26 Avr - 4:56

Série écrite un membre de ForumComics, nommé Kârn et qui vaut le coup, donnez vos critiques et je lui transmetrais !

Chapitre 1 : Meurtre au clair de lune

Il est tôt. Mis a part quelques jeunes en retour de soirée, il y a bien peu de chance que je croise quelqu'un sur la route, alors que le soleil ne se lève que dans quelques heures. C'est le moment idéal. Tout le quartier est endormi, je gare ma Cadillac sur le bas côté et je continu ma route a pied jusqu'a ma destination. Alors que je marche dans cette rue, avançant vers le domicile de ma proie, je laisse mon esprit vagabonder. C'est comme ça, des que je marche, je commence a rêvasser. Je revois leurs visages, continuellement. Ils me hantent.

Avez vous déjà connu la perte d'un être chère ? Ce sentiment de vide qui s'abat sur vous lorsqu'on vous annonce la mort d'un parent, d'un ami, d'un frère ? Vous commencez par pleurer. Vous avez l'impression que votre cœur ne battra plus, que vous ne ressentirez plus jamais comme avant. Lorsque vos larmes commencent a sécher, et que vous pouvez de nouveau penser librement, vous vous sentez impuissant face a l'immense pourvoir de La Mort. Vous prenez conscience que rien arrête La Mort, que le temps lui permet toujours d'abattre sa faux. Vous vous sentez faible, fragile, vulnérable et pathétique. Tous vos souci, tous les problèmes rencontrés dans cet instant éphémère qu'est votre vie deviennent alors insignifiants. tous ce qui vous préoccuper jusque là est futile.
Alors vous êtes en colère, et lorsqu'il n'y a personne a blâmer vous regardez autour de vous et constatez que vos attaches matériels en ce bas mondes sont aussi ridicules et inutiles que vous.
La nourriture perd de sa saveur, le monde paraît moins beau, moins coloré. Fade. Le monde est alors beaucoup moins attrayant.
C'est la volonté de Dieu, c'est la vie, c'est le Destin. Voilà le ramassis de conneries dans lequel l'humanité plonge la tête la première pour allégé sa peine.

Oups. Pardonnez mon impolitesse, je m'emballe dans de longs monologues et voilà que j'en oublie les bonnes manières. je ne me suis même pas présenter. Mon nom est Serafin. Ma principale fonction est "Gardien de la Huitième maison céleste" mais comme vous vous en doutez probablement, c'est d'un ennui mortel. Au file des siècles, l'humanité m'a nommé de différentes manières. Si je vous dis Lucifer, Hadès, vous voyez qui je suis. ne vous méprenez pas, je ne suis pas responsable de la moitié des conneries qu'on m'a mit sur le dos. Quand a l'autre moitié, disons que j'avais des circonstances atténuantes.

Malgré tous ce que l'on a put dire sur moi au file des âges, vous avez tous eu raison sur un point.
Je suis un monstre.
N'allez pas croire que j'aime rependre la mort, comme ça, comme un animale. En revanche, tous ce qui peut précédé la mort de mes victimes, toutes ces petites... douleurs, mentales et physiques. C'est ci beau, la destruction d'un être humain.

Mais je ne suis pas une bête. Un homme m'a tiré de la noirceur et m'a inculqué quelques principes. Je ne tue que ceux que "le grand juge" me demande tuer. Ceux dont les exactions sont si terribles que je dois aller les punir moi même. Ceux qui sont au dessus des pouvoirs des hommes. D'un certain point de vue, je vous protège.
Des meurtriers, des pédophiles, des profiteurs de guerre, des monstres pire que moi. Alors ce soir, ce sera qui ?

Lucien Mavodo, marié, deux enfants, Thomas 11 ans, Jeremy, 8 ans. Sa charmante femme se nomme Catherine, 32 ans. Lucien est le directeur d'une école primaire. il est né en 1762, mort assassiné en 1782. Ce vampire pense peut-être que "la terre promise" va toléré ses travers. Pauvres enfants. Mais Lucien ce trompe, il ignore peut-être que lorsque qu'on commet une faute, elle finit toujours par avoir des conséquences.

je pourrai l'attaqué en plein jour, moment ou les vampires sont démunis de leurs pouvoirs mais pour que ma petite mise en scène fonctionne, il faut que j'entre dans sa maison avant lui. Il n'est pas chez lui ce soir, il doit se faire une petite bouffe dans un coin tranquille.

J'ai une petite heure devant moi pour faire connaissance avec sa charmante famille. Je suis un artiste, tout doit être parfait. Chaque être que je détruit est une œuvre d'art. Me voilà devant son adorable petite maison familiale. Miam. La nuit est calme et le ciel est dégagé. La lumière de la lune éclaire mon visage. Je savoure l'instant et je me met au boulot. Je traverse la porte d'entrée en devenant momentanément intangible. Me voilà dans leur salon. Je suis une ombre dans l'obscurité, imperceptible, invisible même. J'ai pas envie de vous décrire la pièce, vous n'avez qu'a imaginer que c'est dans votre salon que je suis. Je marche a pas de loup jusqu'a la chambre des enfants. Ils dorment d'un sommeil de plomb. Heureusement, une fois je me suis retrouvé nez à nez avec un gosse qui jouait a la Game boy, ça avait foiré mes plans.

Bon passons. Je dispose d'une arme redoutable sur les esprits faibles, fragiles ou qui ne sont tout simplement pas préparer à l’intrusion mentale : L'extraction de l'âme. Je m’introduis dans le cerveau de chacun des deux enfants, tour a tour, en prenant mon temps.
Ca y est, deux petites lueurs faiblardes s'extirpent de leurs corps et viennent flotté autour de moi. Les corps des deux petits se redissent imperceptiblement.
Je marche jusqu'a la chambre de Catherine, les deux petits âmes me suivent et flottent autour de moi.
Elle est endormie elle aussi. L'air innocent, de longs cheveux blonds, les traits fins. Sa poitrine se soulève au rythme de son souffle, sa peau est éclaircit par la lumière blafarde de la lune. faut que je me calme, avec la différance d'age ca ne marcherai pas de toute façon.
Elle est là, ne se doute pas que sa vie est entre mes mains. C'est joussif. Peut-être savez vous ce que c'est, le pouvoir de vie et de mort sur quelqu'un ?
Une troisième lueur s'ajoute aux deux autres;

Une heure s'écoule. Tout est en place, les trois corps sont dans le salon, sur le sofa, face a la porte d'entrée. Ils ont l'air endormis. J’attends.
Je vais dans la salle de bain. J'ouvre le robinet d'eau froide du lavabo et je me mouille le visage. Mon regard se pose sur mon reflet dans le miroir. Malgré les siècles qui défilent et le sang versé, mon corps reste inchangé. Le monstre que je suis a le corps d'un jeune homme d'une vingtaine d'années, pâle et maigre. J'ai de grands yeux marron, d'épais cheveux bruns et des lèvres pulpeuses. Nom de Dieu ! Sans mon nez en trompette et mes gros sourcilles, on pourrait croire que je suis une nana !!

Le bruit d'une porte qui s'ouvre attire mon attention. Mon rythme cardiaque s'accélère. Ca va commencer.
je me faufile dans le salon en prenant soin de rester dans l'obscurité. Le vampire sanglote en tenant les corps froid et mort de sa famille dans ses bras. Il est mort. c'est fini. Mort de l'intérieur.
"Salut Lulu."
Ces mots sont sortis de ma bouche naturellement, le son de ma voix trahissant un mince sourire se dessinant sur mon visage.
Lucien se redresse lentement. Il est grand , musclé, beau et porte un costume de très bonne facture.
"C'est toi qui a fait ça ?"
il me jette ça au visage avec un mélange agréable de haine et de dégoût. Il se tourne lentement vers moi et me toise comme un prédateur prêt a bondir sur sa proie. Sauf que c'est lui la proie.
"Non. C'est toi. Tu as tué tellement de gosse que la faucheuse s'est naturellement tourné vers ta famille. Tu les as tués de tes propres mains."
Le Vampire hurle, dévoilant ses crocs. Son esprit est brisé. Il se jette sur moi sans réfléchir, animé par la douleur et la colère. Ses bras puissants me projettent a travers la baie vitrée derrière moi. Je m'écrase sur l'herbe du jardin avant de me relevé péniblement. J'ai un morceau de verre dans le mollet, c'est douloureux. Il se jette a nouveau sur moi et me frappe au visage avec une force qui aurait décapité un simple mortel. Amusant. Je bloque le coup suivant en plein élan avant de lui casser le nez d'un coup de tête. Je frappe. Brisant ses côtes aussi facilement qu’un enfant tordrait des brindilles. il tombe a genoux. Je pose ma main sur sa tète, j'y mais toute ma volonté mais je n'arrive pas a extraire son âme. animé par l'énergie du désespoir, il empoigne a pleine main le morceau de verre planté dans ma jambe et l'enfonce violement dans ma poitrine.

Je reste impassible. Mon visage ne trahit pas ce que je ressent. Ni l'amusement de le voir ce débattre, ni l'agacement de voir ma chemise préférée déchirée et tachée de sang. Il s'effondre, le tranchant du morceau de verre me lacère l'abdomen et finit d'achevé ma chemise. Le souffle du vent soulève mes vêtements en lambeau et dévoile le tatouage sur mon corps maigrelet.
"Vous..." dit le Vampire, une expression de terreur tous ce qu'il ya de plus humaine sur son visage.
Je pose une main sur son épaule, l'autre dans ses cheveux. Je tire d'un coup sec, déchirant chair, nerfs, os. Son sang m'éclabousse le visage. Hum...
J'avale son âme goulument, régénérant ma chair. Son énergie vital parcoure mon corps, je ressens alors un bien être immense. Me voilà momentanément paralysé, comme après un orgasme puissance mille. Ma faim est étanchée pour ce soir. Voila un monstre qui ne tuera plus. Les trois petites âmes autours de moi s'agitent, je les renvoie d'un geste réintégré leurs corps. Je ne tue pas les innocents.

Le bruit des sirènes de polices, il est temps de partir.
avatar
Mister B

Date d'inscription : 18/05/2009
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum