[Multivers] The Incredible Urban Legend

Aller en bas

[Multivers] The Incredible Urban Legend

Message  Mister B le Ven 6 Nov - 6:42

Et voici le lancement d'une nouvelle série...

The justice with paint !
The Incredible Urban Legend #1
Novembre 2009
Auteur : Mister B
Rise of heroism

 
              Reed Weeks venait d'entrer dans une pièce du commissariat – dont les policiers ont été triés sur le volet avant d'entrer en fonction, pour prévenir toute forme de corruption –, servant de bureau à l'afro-américain. Cette modeste pièce était meublée, d'un classeur à gauche de l'entrée, d'un bureau en contreplaqué au fond de la pièce et de deux chaises qui étaient disposées de chaque côté du bureau. Or sur une de ces chaises était assis un adolescent du nom de Felix Cooper.
              « -Salut Felix. Dit l'assistant social.
- Bonjour Mr Weeks. Répondit l'ado.
- J'ai une bonne nouvelle, une famille veut bien t'accueillir. Continua Reed.
- Où est-elle ? Dans Americapolis ? Demanda Felix.
- Oui mais hors du Dound, dans le district de Westwood. Répondit le fonctionnaire.
- Et l'Honnor Squadron me laissera tranquille ? J'étais quand même beaucoup impliqué dans leur revente de drogue. Et puis vous leur avez coupé l'herbe sous le pied en payant ma caution avant eux. Dit Felix.
- Ne t'inquiète pas j'ai de bonnes relations..... Oh et un taxi viendra te chercher et t'emmènera dans ton nouveau chez toi, hmm d'ici un petit quart d'heure..... Bon je dois y aller, à lundi Felix.
-Au revoir Mr Weeks. »
             
              L'assistant social finissait enfin sa rude journée. Il sorti du commissariat accompagné de Gabe Romita, son ami et garde du corps fournis par le F.B.I.. Les deux hommes marchèrent jusqu'à chez Reed en passant par la Mecham Avenue pour acheter du lait à sa petite fille, Olivia. Reed avait conçu cette enfant avec son ex-femme Poppy Brown, super-héroïne gouvernementale.                 
             
              Puis après Mecham Avenue, les deux fonctionnaires décidèrent de couper par une ruelle parce qu'il se faisait tard, de plus Reed était inquiet pour Olivia. La ruelle était sombre et inquiétante, la présence de trois personnages cagoulés ne rassurait en rien l'ambiance.
 
              Pendant ce temps-là, une mustang rouge roulait tranquillement vers Abastos Plane, surnom d'un terrain vague où la pègre – et certains particuliers – jetait impunément des déchets parfois toxiques. Ici, les occupants de la mustang allaient jeter des bombes de peintures usagées.
 
              Simultanément, la situation dans la ruelle s'était aggravée, Gabe avait été abattu par le groupe et Reed se faisait tabassé par celui-ci. La bastonnade s'arrêta avec un coup de chaussures Timberland dans la mâchoire, ce coup fit perdre une bonne partie des dents de Reed. Puis les trois hommes enfournèrent l'afro-américain dans un van.
              « - On l'a eu ce sale nègre. Dit Vince, l'un des criminels.
- Ouaip, on va le fourguer à Abastos Plane c'est ça hein ? Hein c'est ça ? Hein ? Demanda Howie, un autre des criminels.
- C'est ça, puis on le recouvrira de 33 Exminol, le nouveau produit toxique mortel du patron. Répondit Dick, le troisième larron
- Mais pourquoi on fait ça ? Hein pourquoi ? Pourquoi ? Hein ? Demanda Howie de manière insistante.
- Putain ça te réussis pas les produits toxiques.... Reed Weeks était mort le jour où il a osé toucher à la main d'œuvre de Heavy Metal : les gosses du Dound. Répondit avec agacement Vince, au même moment un éclair tonna ce qui ouvrit le bal à la pluie. »
             
              Après une demi-heure de trajet les trois sous-fifres arrivèrent à Abastos Plane à l'emplacement – inopinément bien évidemment – même où les bombes de peintures avaient été jetées. Une fois le van arrêté, les trois hommes empoignèrent le noir, le jetèrent violemment à terre à proximité des bombes de peintures qui laissaient échapper le fond qui restait. Une fois à terre, Dick et Vince versèrent le produit toxique sur le malheureux homme. Celui-ci se mis à fumer et à hurler de douleur lorsque le produit pénétra dans ses blessures où déjà de la peinture avait pénétrées. Les trois criminels partirent tordus de rire.
             
              Au matin, un enfant se promenait avec son magnifique grand danois aux alentours du fameux terrain vague. Quand une mystérieuse odeur, qui n'était en aucun cas comparable aux autres déchets, l'attira, cette odeur c'était celle de Reed Weeks, cuit mais vivant !
 
              Une journée entière s'était déroulée au John Fitzgerald Kennedy Hospital sans que l'assistant social ne se réveille. Après s'être fait greffer de la peau sur tout son corps meurtris celui-ci avait été placé dans une chambre du sixième étage solidement gardée par le F.B.I..
              Dans la chambre, Poppy Brown et Olivia, endormis sur les genoux de sa mère, étaient dans la chambre au moment où l'afro-américain se réveillait.
              « -Où....Où suis-je ? Demanda Reed.
- Au JFK Hospital, Reed. Comment tu sens-tu ? Dit Poppy.
- Comme un gars qui s'est fait cramer par un produit toxique. Répondit l'ex en se rehaussant dans son lit. Et vous deux vous allez bien ?
- On était inquiètes, en particulier ta fille. Répondit la super héroïne gouvernementale.
- Et Gabe ?
- Il a été abattu et il s'est vidé de son sang dans la ruelle. Mais t'inquiète pas mes relations, les ponces du F.B.I., vont continuer à fournir une protection pour toi et notre fille.
- Je vois que vous avez l'air d'aller mieux Mr Weeks. Voici vos pilules... Dit l'infirmière qui venait de pénétrer dans la chambre. Ensuite après une brève lecture de la machine qui prenait le rythme cardiaque de Weeks, elle dit :
- Et votre cœur bat de nouveau normalement c'est un miracle après tout le temps que vous êtes resté dans ce produit toxique. Dans deux jours vous pourrez sortir si tous va bien. »
 
              Deux jours plus tard, Reed Weeks pouvait enfin sortir de l'hôpital toujours aussi bien gardé par le F.B.I.. Une fois chez lui après avoir couché sa fille pour quelle fasse sa sieste, l'assistant social décida de s'adonner à son art favoris : les graphes. Son ami Hunter S. Simpson, était présent aussi et regardait fasciné Reed peindre un gnome dans le salon de ce dernier.
« - T'as eu une semaine chargée, mon ami. Dit Hunter.
- Tu l'as dis bouffi, mais je trouve tout de même bizarre cette guérison miracle tu ne trouves pas ? Continua l'afro-américain tout en bombant.
- Boh, ça c'est la bière, a ton avis pourquoi Wolverine – Hunter était bédéphile – a plus d'un siècle c'est pas à cause de son pouvoir mais de la bière. Dit-il en rigolant de toutes ses forces.
- Calme toi tu va réveiller la petiote. Dit Reed.
- Oh en tout les cas ce produit ne t'a pas donné un sens de l'humour. Répliqua le bédéphile.
- Je reste persuadé que j'ai une sorte de pouvoir comme mon ex avec son pouvoir de multiplication. Dit Reed.
- Tu devais en faire des trucs cochons avec ce pouvoir. Dit Hunter en explosant de nouveau de rire.
- Ta gueule ! Si tu continues c'est la porte t'as compris ?
- Désolé Reed, sinon ça prend forme ce gnome on dirait. Dit Simpson pour changer de sujet.
- Ouais je trouve que ça correspond assez bien à mes attentes.... EURÊKA !! Hurla soudainement Reed. Mes pouvoirs, si tant est que j'en aie, doivent être en rapport avec la peinture car je me souviens que ce liquide était rentré dans mes plaies, le mélange avec le chimique a dû faire le reste.
- Et ce serait quoi le pouvoir avec de la peinture, tes mains se transformant en pinceaux ? De la peinture qui sort de tes poignets ? Pouvoir se transformer en peinture ? Questionna sans attente de réponse Hunter S. Simpson.
- Hmm, je pense pas... Je pense que c'est en relation avec les graphes plutôt. Peut être que si je touchais ce gnome que je viens de terminer... Dit Reed en touchant son œuvre. »
              Au contact, dans un léger bruit de papier froissé, le gnome se détacha du mur et resta planté devant l'assistant social comme en attente d'un ordre. Les deux hommes étaient médusés. Reed se ressaisissant ordonna d'aller lui chercher une bière dans la cuisine. Hunter en profita pour sortir une de ses vannes douteuses :
« - Quand la police saura ça ils vont encourager le taguage, une vraie légende urbaine !
- C'est ça, le bien..... Je dois faire le bien..... Je serais URBAN LEGEND !!! Dit après un moment de silence Reed »
 
Fin


Dernière édition par Mister B le Jeu 24 Déc - 5:44, édité 4 fois
avatar
Mister B

Date d'inscription : 18/05/2009
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Multivers] The Incredible Urban Legend

Message  Mister B le Mer 23 Déc - 0:22

The justice with paint !
The Incredible Urban Legend #2
Décembre 2009
Auteur : Mister B
Rapt, chapitre 1 : The Legend is Born


Le fourgon blindé de la Mecham's Bank roulait à pleine allure, sirène hurlante et escorté par Oppression Annihilator, super héros gouvernemental chargé d'aider les autorités. Hélas à l'angle de la Kyle Avenue et de la Yost Avenue, un coup de fouet électrisé défonça le pare-brise et stoppa net le véhicule. C'était Lord Masochist, le tueur sado-maso !

Dès le coup, le héros qui accompagnait le véhicule attaqua le criminel bardé de cuir, mais c'était sans compter le laser de Dr Crime. Laser qui transperça le torse du malheureux jeune homme. Puis, le médecin tira un nouveau coup de laser dans les portes arrière du véhicule ce qui tua le transporteur de fond logé dans celui-ci.

Alors que Lord Masochist et Dr Crime enfournaient l'argent dans leur van, un oiseau géant en 2D empoigna les armes de ces deux derniers et les brisa. Puis un homme surhumain en 2D sauta du toit de l'immeuble voisin, empoigna les deux hommes et les assomma en les frappant les uns contre les autres. Une fois, les deux criminels maîtrisés la peinture surhumaine disparue et l'oiseau déposa un homme avant de disparaître à son tour.

L'homme portait un marcel et un pantalon moulant bleus, un ''U'' et un ''L'' s'entrelaçait sur son torse. Un petit masque sur le contour de ses yeux protégeait son identité, il avait également des gants bleus. Reed Weeks alias Urban Legend s'avança vers le convoyeur survivant et dit :

« - Urban Legend pour vous servir, retenez ce nom, c'est le nom du protecteur d'Americapolis.
- Att...Attendez. »

Le héros partit sur un tapis volant qu'il venait de peindre.
Le lendemain matin, Reed Weeks dormait paisiblement dans la chambre, puis d'un seul coup Poppy Brown, son ex-femme, entra en furie dans la pièce.
« - C'est quoi ça ! Hurla-t-elle en allumant la télé. La télévision disait :
« ...os informations en bref : un homme semblant possédait le pouvoir de contrôler des tags que vous pouvez observer sur ces images prisent avec un portable, a sauvé un convoi de fonds à Americapolis. L'homme s'appellerait, d'après le survivant de l'attaque, Urban Legend. Par ailleurs il a affirmé qu'il protégerait cette citée jusqu'à la mort.
Au Népal, des membres de l'équipe terroriste Magnifi... »
- Il est noir, donc c'est moi, c'est ça ?! Hurla à son tour l'assistant social.
- T'a pensé à ta fille ? Hein ? T'y as pensé ? Enculé !
- Mais merde casse-toi si c'est pour me hurler dessus sur des actes que j'ai jam... Reed s'arrêta en apercevant son costume. Sa femme tourna alors sa tête vers la direction du vêtement et fulmina encore plus :
- En plus t'oses me mentir sale connard, va crever !
- Quoi ? Mme la super héroïne gouvernementale ose me donner une leçon de morale, t'as du sang plein les mains et tu risques de rendre notre fille tout aussi orpheline que moi. Par ailleurs mon métier a déjà mis ma vie en danger depuis longtemps.
-Raison de plus de ne pas en rajouter ! »

La femme, de rage, sortit de l'appartement et claqua la porte. Reed se leva et alla préparer un café. Puis il s'assit avec son mug chaud dans son canapé planté devant une baie vitrée. Après quelques gorgées, il aperçu une fumée venant de l'école où était sa fille. Le héros poussa « Olivia ! » et mis son costume en quatrième vitesse, avant de partir sur un oiseau géant qu'il avait commencé à peindre pour décorer son salon.
 
En quelques minutes, Urban Legend était arrivé. Une fois celui-ci à terre, la chose de 2D disparut. Les pompiers, amassés devant l'école dans le but de secourir les enfants et d'éteindre l'incendie, furent frappés de stupeur à la vue du héros s'avançant vers l'un d'eux pour se renseigner :
« - Reste-t-il des enfants à l'intérieur ? Demanda-t-il.
- Ou..Oui une classe entière, c'est la seule qui n'a pas été évacué mais toutes nos tentatives pour la récupérer ont été vaines.... V... Vous êtes Urban Legend, c'est ça ? Demanda à son tour le pompier.
C'est ça, mais si vous le permettez, j'ai des enfants à sauver ! Répondit Reed Weeks. »

Le sauveur de vie commença, juste après ces mots à peindre une sorte d'araignée plate style cartoon. Une fois son œuvre terminée, il peigna un bouclier pour se protéger des flammes, ensuite le héros enfourcha sa grosse araignée plate de 2D. Il ordonna à cette dernière d'escalader le mur et d'entrer par une des fenêtres, puis la chose se mût entre les flammes et les parties menaçant de s'effondrer.

Ainsi, après maints obstacles évités, Urban Legend arriva vers une classe d'où un léger gémissement sortait. Il découvrit avec horreur que le bruit venait de la salle où sa fille étudiait ! Le héros sauta de sa création et couru vers la salle, une fois arrivé, il défonça la porte et vit un spectacle inhumain, tous les petits élèves et la maîtresse avaient été massacrés à coups de fouets électriques.

Le héros hurla dans un geste de désespoir :
« - Olivia ! Puis, en sanglot il murmura : Lord Masochist devrait normalement être en prison. Que faisait-il ici ? Que faisait-il ici ?
- Oliv... Olivia Weeks, ils les ont emporté. Dit l'institutrice dans un dernier soupir.
- Vous êtes sûr madame ? Demanda Urban Legend qui s'était rapproché d'elle et qui avait mis le corps de la femme sur ses genoux. Madame ? Je suis Reed Weeks. Continua-t-il avant de laisser tomber, voyant bien qu'elle était morte. »

Le super héros décida d'évacuer d'urgence en voyant les flammes qui avaient totalement obstruées le passage. Ainsi, après de brefs coups de bombes, il peignit un oiseau géant, ensuite en chevauchant celui-ci, il lui ordonna de percer les plafonds et finalement le toit. Une fois dans les airs, il fit replonger la peinture vers le sol où était les pompiers. La télévision était arrivée sur les lieux.
Urban Legend atterrit et prévint les pompiers de sa découverte macabre, ensuite sur l'asphalte, le super héros commença à peindre un éole dans le but de souffler sur l'incendie et ainsi l'éteindre.
Une fois cette tache terminée avec succès, il partit sur l'éole jetant juste un regard approbateur vers les caméras. Puis la chose se posa sur un toit à deux pâtés de maison du sinistre, là, Urbie peigna un tapis volant beaucoup plus discret pour se mouvoir vers son appartement.

Quelques minutes plus tard, alors que Reed s'était changé précipitamment, celui-ci décida de téléphoner à son ex-femme pour demander de l'aide dans sa quête pour récupérer leur fille. Hélas il tombât sur le répondeur qui lui priait de laisser un message, Reed laissa :
« Salut Poppy, c'est Reed, notre fille a été enlevé par un super vilain du nom de Lord Masochist. Il faut que tu m’aides absolument lorsque tu écouteras ce message, je pars de ce pas à la recherche de notre Olivia. A bientôt j'espère, sinon adieu. »
 

A suivre...
avatar
Mister B

Date d'inscription : 18/05/2009
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Multivers] The Incredible Urban Legend

Message  Mister B le Lun 25 Jan - 6:24

The justice with paint !
The Incredible Urban Legend #3
Janvier 2010
Auteur : Mister B
Rapt, chapter 2 of 3


Reed Weeks, après avoir passé son infructueux coup de fil à sa femme, descendit à vive allure les escaliers de son immeuble. Il était accompagné par Paxton Jones, son nouveau garde du corps qui était arrivé en retard. Tous deux, une fois dans la rue, appelèrent un taxi.
« -Precinct 13, s'il vous plait. Demanda Reed qui venait de pénétrer dans le taxi.
-Bien, monsieur.
Au moment où le taxi démarra, Paxton posa à son tour une question :
-N'êtes-vous pas en congé, Monsieur ?
-Ou..Oui, mais je viens de me souvenir que j'ai un dossier important à traiter à propos d'enfants qui doivent être placés suite à leurs cures de désintox. Répondit l'assistant social pris au dépourvu. »
 
Lieu inconnu d'Americapolis, QG du syndicat du crime de Heavy Metal
 
Heavy Metal s'avançait majestueusement dans le couloir sombre et humide qui menait vers le laboratoire. Il était bardé de métal et faisait vaguement pensé à Gort, le robot. Heavy Metal était accompagné à sa gauche de Mr Bang-Bang, celui-ci portait des bottes et un chapeau de cow-boy et n'avait pour habit qu'un minuscule pagne de peau retenu par le ceinturon de son revolver. A la droite de Heavy Metal marchait Lord Masoschist, le tueur sado-maso au fouet électrisé.
Les trois hommes pénètrent dans le laboratoire, où deux scientifiques étudiaient les données des analyses de la petite Olivia Reed. L'un d'eux s'avança vers son chef :
« - Heavy Metal, nous venons juste de terminer les analyses, dit le chercheur. Il semblerait que la fille de Reed Weeks possède des pouvoirs mutants qui se déclencheront à la puberté. Toutefois, il existe un procédé que j'ai mis, moi et mon assistant, au point qui active les pouvoirs mutants. Mais cela peut détruire, ou en tout les cas sérieusement endommager, la mémoire de la patiente. Que devons-nous faire Monsieur ?
- Faite, faite, ça évitera d'engager un mercenaire télépathe, qui coûte assez cher en ce moment, alors autant faire d'une pierre deux coups.
- B..Bien Heavy Metal »

Americapolis, Precinct 13
 
Reed Weeks descendit brusquement du taxi, et couru jusqu'au commissariat en bousculant plusieurs personnes au passage. Après un temps, lui paressant interminable, il arriva enfin à son bureau. Là, il ferma à double tour celui-ci, puis il se précipita vers son ordinateur installé sur la table qui lui servait de bureau.
Après un bref moment, où il essayait de se calmer, il ouvrit le R.P.S.C., un logiciel de la police rassemblant le maximum de données sur les super-criminels du pays. Une fois sur la page de recherche, il tapa ''Lord Masoschist''. Quelques éléments, venant des séances de psychiatrie de l'ancienne prison où il était détenu, attirèrent son attention :
«Frère de Kevin Wood désormais Townsend (cf dossier Flame-Man), mutant criminel au sein des Easterners. [...]Spencer Wood désormais Texeira [...] eut une enfance difficile [...] avec un père qui le frappait et violait à longueur de temps. [...] A 16ans, Spencer fugua à Las Vegas, il deviendra strip-teaseur, puis prostitué sado-maso dans une maison close illégal de la ville.[...]A 19ans, il connaît sa première incarcération après avoir tué un client avec l'aide de John Anthony (cf dossier Mr Bang-Bang).[...] Il écopera de 20ans de prison, il n'en fera que 10 suite à une bonne conduite. [...] A 29 ans, il serait devenu Lord Masochist, le mercenaire sado-maso.[...] Avant sa seconde incarcération, Spencer Texeira dirigeait, avec son compagnon, John Anthony, The Box of Ferrys, une boite de nuit gay d'Americapolis (5th Goof Street), Massachusetts, désormais fermée.[...]Actuellement il fait parti du syndicat du crime de Heavy Metal. »
« -Voila, où je dois chercher ! Dit soudainement Reed Weeks. Je vais tout de même voir si il n'y a rien sur Heavy Metal. »
L'homme écrivit ''Heavy Metal'' dans la barre de recherche :
« Heavy Metal est un criminel très recherché et à la tête d'un des plus puissants syndicat du crime du pays. Il serait basé à Americapolis, Massachusetts, et a engagé de nombreux mercenaires surhumains connus par nos services. Aucune information supplémentaire. »
 
L'homme, après avoir étalé des dossiers sur son bureau, se déshabilla et laissa paraîtra le costume d'Urban Legend en dessous d'eux. L'instant d'après, quelqu'un frappa à la porte, c'était Paxton :
« - Vous allez bien, M. Weeks ?
- Ou..Oui, je..j'avais une envie disons pressente. Répondit Urban Legend.
- Bon. Conclu Paxton dont l'explication l'avait contenté. »
Dans la seconde qui suivit, Reed commença à peindre une paire d'ailes. Une fois sa peinture terminée, il ouvrit la fenêtre de son bureau au second étage ordonna à sa peinture de s'accrocher dans son dos, puis s'envola dans le beau ciel d'une fin d'octobre.
« - Merde, il sort du bureau de Weeks ! Dit Paxton Jones qui avait levé sa tête juste à ce moment. Vous et vous avec moi. Continua-t-il en pointant deux policiers. »
Le petit groupe se précipita aux escaliers, puis montèrent quatre à quatre les marches et une fois arrivé au premier étage, ils défoncèrent la porte du bureau de l'assistant social. Personne !
 
Americapolis, night club désaffecté Box of Ferrys
 
Au moment où Urban Legend toucha ses pieds au sol, ses paires d'ailes de peinture disparurent. Ensuite, il peignit un guerrier du futur puis une épée et un bouclier « conanesque ». Puis l'homme courut, accompagné de son soldat, vers le bâtiment désaffecté.
La piste de danse et le bar étaient désert, non découragé, le sup'héros monta au premier étage, le plus prudemment possible.
L'étage semblait moins abandonné que le rez-de-chaussée, c'était un couloir où différentes portes s'ouvraient sur celui-ci. Urban Legend défonçait méthodiquement chaque porte sans aucun résultat, jusqu'à celle du fond.
Elle était fermée par un verrou neuf, détruit dans la seconde par l'épée de peinture de Reed. Derrière la porte, la surprise l'attendait, c'était une cache du super criminel sado-maso.
« Sympa cette planque n'est-il pas ? »
Urban Legend se retourna brusquement à ces mots, c'était Lord Masochist en personne qui venait de s'exprimer !

A suivre...
avatar
Mister B

Date d'inscription : 18/05/2009
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Multivers] The Incredible Urban Legend

Message  Mister B le Lun 17 Mai - 6:15

The justice with paint !
The Incredible Urban Legend #4
Avril 2010
Auteur : Mister B
Rapt, Chapter 3 of 3 : Like Father, Like Daughter


Lieu inconnu d'Americapolis, QG du syndicat du crime de Heavy Metal

Urban Legend, évanoui, était enchaîné à une chaise dans une pièce du sous-sol de la mystérieuse base du super-criminel, caïd de la pègre américaine, Heavy Metal. Dans son inconscience, il revoyait la manière débutante dont il s'était fait capturé par Lord Masoschist. Celui-là même qui avait assommé Urban Legend d'un coup de fouet électrisé sur la pauvre tête du justicier qui n'eut pas le temps d'ordonner à sa peinture d'attaquer. Les pensées du justicier furent brusquement interrompues par un seau d'eau balancé sur la tête de Reed de la part de Mr Bang-Bang. Durant ce brusque réveil, l'afro-américain découvrit avec effroi qu'il n'avait plus son masque ! La voix métallique de Heavy Metal brisa le silence :
 
« - Vous avez bien dormis M. Weeks ?
- Fumier ! T'as foutu quoi de ma fille ?!
- Du calme, du calme M. Weeks, vous le saurez en temps voulu. Répondit très posément le métallique. D'ailleurs vous apprécierez l'ironie puisque c'est cette brave petite Olivia qui mettra fin à vos jours ! Termina Heavy Metal avait de pousser un cri pouvant faire frissonner le plus brave des hommes. A plus tard, je vais voir où en sont mes scientifiques sur votre aimable petite protégée.
- Fils de &@^$ ! Bâtard ! En*$£¤ ! Hurla Urban Legend hors de lui. »
 
Heavy Metal accompagné de ses indissociables Lord Masochist et Mr Bang-Bang se mouvaient vers le laboratoire du QG à quelques dizaines de mètres de la cellule. Une fois dans le laboratoire, un des scientifiques s'adressa à Heavy Metal :
 
« - Monsieur, la fille est prête, nous allions justement lui inoculer le produit, d'ici un quart d'heure ses pouvoirs se manifesteront.
- Bien mais comment lui inoculerez-vous votre produit Dr Stuff ?
- Par une seringue plantée dans la moelle épinière. »
 
A ces mots, le scientifique prit la seringue du plateau d'inox tenu par un de ses assistants, puis partit dans la salle voisine où Olivia était attachée sur une chaise, torse nue, ventre contre dossier. La petite fille demanda terrifiée :
« - Q-qu'allez-vous m-me faire Monsieur, je veux voir mon papa et ma maman. A ces mots Olivia sombra en sanglots.
- Tu les reverras bientôt, mais avant je vais te faire très mal donc je veux que tu sois très sage. Dit le Dr Stuff pour la rassurer. »
 
Après plusieurs secondes d'hésitations, le chercheur planta l'aiguille de la seringue vers le milieu de la colonne vertébrale de la malheureuse. Cette dernière hurla de douleur, avant de s'évanouir tant la tension était insoutenable.
 
« - Bien, bien Dr Stuff, durant cette perte de connaissance branchez un ''diseur d'ordres'' sur son cerveau.
- M-mais mais Monsieur comment pouvez-vous ?! Ce n'est qu'une petite fille ! Rétorqua abattu le scientifique.
- Oserez-vous braver mes ordres ?
- N-non, Monsieur, j-je ferais selon vos désirs Heavy Metal.
- Je l'espère, je l'espère. »
 
Puis les trois hommes sortirent, puis retournèrent vers la geôle d'Urbie, Heavy Metal s'adressa à Mr Bang-Bang :
« - Une fois qu'il aura terminé avec la petite Weeks, flingue-moi ce pauvre type.
- A tes ordres patron, à tes ordres. »
 
Quelques heures après ces tristes paroles, alors que Reed se morfondait, enchaîné sur sa chaise, la porte de sa geôle s'ouvrit. Une silhouette de petite fille se profila. Urbie dit : « Olivia ? C'est toi chérie ? ». Pour réponse la petite envoya une décharge d'énergie de ses yeux. Le choc envoya l'assistant social, toujours enchaîné, valdinguer à l'autre bout de la pièce. Le choc brisa la chaîne et libéra Urban Legend de ses liens. Puis la petite Weeks s'approcha lugubrement vers son père. Celle-ci ayant reçu l'ordre de tuer lentement son père, elle balança une seconde décharge non létale. Mais toute douloureuse en soit, puisque la déflagration brûla le torse de Reed, considérablement affaibli. Toutefois surmontant la douleur intense, l'afro-américain esquiva de justesse la tierce décharge de sa fillette, puis la quatrième. Enfin à la cinquième, Reed, voyant sa chère Olivia se fatiguant avec ses intenses pouvoirs, se jeta sur elle, puis dans un geste, plus douloureux encore que ses décharges, frappa son petit crâne sur le sol ; visant ainsi à l'assommer. Reed s'effondra en sanglot, agenouillé, sa petite fille dans les bras, la serrant bien fort.
 
A ce moment, une force formidable défonça la porte de la cellule, c'était Sentinel of Liberty, de son costume bleu et blanc. Ce dernier était un des membres de l'élite du S.T.A.Y. encore en création, American Pride.
 
« - M. Weeks ? Demanda Sentinel of Liberty. Voici la cavalerie !
- Non, répondit Urban Legend encore en sanglots, la cavalerie arrive toujours à temps !
- Salut mon chou ! Fit un des doubles de Wonderful-Woman, directrice adjointe du S.T.A.Y., leader d'American Pride et ex-épouse de Reed Weeks.
- Heu, salut. Répondit étonné Reed séchant ses larmes. Vous avez arrêté Heavy et sa bande alors ?
- Toi viens ici, dit à son tour la Poppy Brown originale arrivant dans la pièce, en réintégrant son double. Et toi, continua-t-elle en regardant haineusement Reed, tu vas en baver. A propos de Heavy et sa bande, ils ont tous désertés, seul le cadavre d'un scientifique a été retrouvé. En attendant, une équipe médicale du S.T.A.Y. va te prendre en charge et ton identité deviendra un secret défense.
- Tu ferais ça pour moi Poppy ?
- Je fais ça pour Olivia, Reed, uniquement pour Olivia. »
 
L'équipe médicale pénétra dans la cellule sombre. Dans un premier, elle mit un inhibiteur de pouvoirs à Olivia, la mirent dans un caisson de stat. L'assistant social, lui fut juste mis dans un brancard et redirigé vers l'hôpital le plus proche en habit civil.
 
John Fitzgerald Kennedy Hospital, Americapolis, le lendemain
 
Reed se remettait doucement de ses blessures, et si tout se passait pour le meilleur des mondes, il sortirait le jour suivant. L'infirmière, toute intimidée apporta les journaux, « Beuh, qu'est qu'elle a ? », se demandait Urbie. Puis, il déplia le premier journal de la pile, le Mecham Herald, en gros titre été marqué : « Sensationnel ! Le nouveau protecteur d'Americapolis, le déjà fameux Urban Legend, est démasqué ! » ; puis le suivant Americapolis Post : « Urban Legend n'est qu'un assistant social ! », et ainsi de suite sur les trois suivant. « Wow, heureusement que Poppy a dit que mon identité serait un secret défense » pensait-il ironiquement.
 
Quelques heures après, Poppy, bravant la foule de journalistes autour de l'hôpital, pénétra furax dans la chambre de la nouvelle vedette :
« - Salut, Poppy !
- Ta gueule, je ne viens pas prendre de nouvelles de toi, mais te donner des nouvelles de ta fille. Et t'as intérêt à faire profil bas. Bref, les scientifiques du S.T.A.Y., on réussit à re-bloquer le pouvoir d'Olivia, mais les dégâts sur son cerveau sont irréparables, elle est devenue amnésique, à cause principalement de l'implant « diseur d'ordres ». Et par ta faute, de plus Olivia est désormais aveugle, ses yeux n’étaient pas préparés à son pouvoir. Donc, continua de plus en plus énervée Poppy, ta fille, est aveugle et amnésique, par ta faute, tu comprends ? Ta faute, ta faute, ta faute. »
 
A ses mots, hors d'elle, Poppy se jeta sur son ex-mari et la frappa de toutes ses forces, deux agents du S.T.A.Y. pénètrent dans la pièce, tentant tant bien que mal de maîtriser les doubles de leur patronne apparaissant à chaque coup. Reed, encore un peu affaibli, asséna un phénoménal coup de poing à son ex-épouse. Ce coup, eu pour effet de calmer un peu la rage de la femme, qui réintégra ses doubles.
 
« - T'es qu'un loser, hurla Poppy, tu baises un de mes doubles qui adore l'alcool, je la réintègre et hop me voilà enceinte, monsieur ne connaît pas les capotes, non ! Malgré tous j'assume et je dois avouer que j'ai fini par t'aimer, on s'est marié, malgré ma mère, « tu va pas épouser ce nègre ?! », à cause de toi, j'ai été renié par toute ma famille, je toucherais jamais l'héritage des Brown, digne d'un Kennedy, et ma fille n'a plus la vue et de souvenirs. Tu n'es qu'un connard, j'ai fais pression sur le juge, tu ne reverras plus jamais ta fille et tu ne sera plus jamais protégé par des agents du F.B.I.. Oh, rajouta d'un ton moins énervé, le coup de ton identité secrète c'est pas de moi mais d'un des policiers du Precinct 13 où tu travailles, ou plutôt travaillais, ils t'ont viré, ils n'apprécient pas la pub là-bas.
- Désolé, désolé, répondit Weeks en larmes, je t'aime tant, j'aime tant Olivia. »
 
Pour toute réponse Poppy lui mit une claque, réintégra son double issu du coup et partit accompagnée par les deux agents du S.T.A.Y., laissant Reed en sanglots sur son lit. La directrice adjointe se retourna en sortant de la pièce, posa le costume de Reed et dit :
 
« Si tu veux te rendre utile, les Magnificent Justice vont arriver à Americapolis, toutefois American Pride n'étant pas terminé, le S.TA.Y. et le S.H.I.E.L.D. étant débordés par une évasion et la crise au Texas entre autre, tu serais d'une grande aide ! Ils devraient atterrir sur Abastos Lane. »
 
Quelques minutes après ses mots, seul dans sa pièce, il descendit de son lit, mit son costume, et son sac de peinture, qu'avait déposé Poppy, sur le fauteuil à côté de la porte. Il l'enfila, peignit un tapis volant, monta dessus, et sortit par la fenêtre, au cinquième étage, devant les yeux ébahis de tous les journalistes amassés devant l'hôpital.


A suivre dans The Mighty Magnificent Justice # 4 à 6, correspondant à la partie 4 à 6 de l'arc Welcome in Hell
avatar
Mister B

Date d'inscription : 18/05/2009
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Multivers] The Incredible Urban Legend

Message  Mister B le Ven 28 Mai - 6:26

The justice with paint !
The Incredible Urban Legend #5
Mai 2010
Auteur : Mister B
Enter Lady Rose
Les Magnificent Justice ont été créés par Mister B dans Mighty Magnificent Justice #1


Abastos Lane, Americapolis

Les Magnificent Justice, Cynthia Coburn et Urban Legend, se réveillèrent péniblement de leur voyage dimensionnel. Urbie proposa à ses alliés :
 
« - Vous voulez boire un coup à la maison ?
- « Boire un coup » ? Par les Sabots de Nessus, quelle drôle d'expression ! Dit étonné Crom.
- Non, notre mission bienfaitrice ne doit pas s'arrêter, plus vite nous rentrerons, plus vite nous annihilerons le crime. Répondit The Unknown.
- Bien, Ms Coburn, voulez-vous rejoindre les Magnificent Justice ? Demanda Urban Legend.
- Non, répondit Cynthia, j-je me refuse d'attenter à la vie, je l'ai trop fait en Afghanistan, je m'en suis rendu compte dans la Wandering Soul Dimension, o-où je n'ai pu tuer personne malgré mon envie de vengeance*. Oui, je vais rester ici, dans la seule ville que j'ai jamais aimée.
- Bien, Miss Coburn, si tel est votre désir. Dit The Unknown.
- Adieu mes nobles amis, que Ketzkrak, là où elle est, vous protège ! Rajouta Astounding-God.
- A plus. Dit plus sobrement Ultimate Rider »
 
L'équipe, se dirigea vers le Justice Jet camouflé au milieu des déchets de l'Abestos Lane. Les deux personnes restées à terre, regardèrent le Jet partir, puis laissés seuls, Urbie s'adressa à Cynthia :
 
« - Miss...
- Surtout pas de ''Miss'' M. Legend ! Coupa brusquement la femme. C'est Cynthia.
- Reed, Reed Weeks, dit-il en enlevant son masque, Cynthia vous...
- Et c'est ''tu''. Coupa de nouveau la jeune femme.
- Cynthia, où vas-tu vivre ?
- Je ne sais pas, la seul famille que j'avais, c'était ma mère, Keira, qui vivait d'ailleurs dans le coin. Elle est morte d'une attaque cardiaque en mai 2001.
- Tu veux dormir chez moi ?
- OK. Répondit-elle en se rapprochant de plus en plus proche de Reed.
- Suis- moi, alors, dit-il en repoussant la séduisante jeune femme, tu pourras même te laver !
- Cool. Fit-elle, comme frustrée. »
 
Reed se dirigea vers un mur, où il peignit avec les fonds de bombes qui lui restaient de son combat dans la Wandering Soul Dimension, un oiseau vu de dos, puis le sépara de son support et convia son invitée à le rejoindre.
 
« - On va atterrir dans la rue, ce sera plus simple. Fit Urban Legend.
- Mais n'as tu peur pour ton identité ? Demanda étonnée Cynthia.
- Tu veux savoir ? Ces pouvoirs ont détruit ma vie et mon combat, à cause de lui je ne pourrais plus jamais voir ma fille, je ne pourrais plus jamais donner un espoir aux gamins du Dound, le quartier le plus défavorisé de la ville. Je vais devoir quitter mon appartement pour un coin plus économique, voire la rue. D'ailleurs pour couronner le tout, tous les journalistes de la ville veulent m'interviewer.
- Je t'aiderais Reed, je te dois tous, jamais je ne saurais te remercier. A la base, j'étais journaliste au Mecham Herald...
- On verra, d'ailleurs nous voici arrivés, Cynthia. Répondit évasivement Reed. »
 
Appartement de Reed Weeks, Americapolis

Seul quelques journalistes avaient eu la patience d'attendre l'arrivée d'Urban Legend et tel ne fut pas leur soulagement lorsque, tel un ange, le protecteur d'Americapolis descendit du ciel. Instinctivement les journalistes se jetèrent sur le héros qui venait d'atterrir accompagné de sa protégée. « C'est votre nouvelle compagne M. Weeks ?! » « Où étiez-vous depuis deux jours ?! » « Ça vous fait quoi d'être une vedette ?! » Imperturbablement, toujours accompagné de Cynthia, il traversa le petit groupe et pénétra dans l'immeuble. Là ils montèrent quatre à quatre les escaliers jusque chez l'ancien assistant social. Ce dernier prit la clef sous le paillasson, ouvrit et invita la femme à pénétrer dans le logement.
 
« - Waouh ! Reed, comment un assistant social peut se payer un appart' pareil ?
- C'était mon ex-femme qui le payait, mais comme elle le soulignait si bien, c'est pour notre fille. Vas-y assieds toi ! Ajouta Reed en pointant le canapé.
- Ton ex-femme, hein ? Demanda-t-elle en s'asseyant.
- Oui, Poppy Brown, elle est directrice-adjointe de l'organisme qui remplace le S.H.I.E.L.D., le S.T.A.Y.. Répondit-il en s'asseyant également.
- Et ta fille ?
- Chez Poppy, elle ne veut plus que je la voie depuis qu'Olivia, ma fille, est amnésique e-et aveugle p-par ma faute. Termina-t-il avant de verser quelques larmes.
- Oh désolé Reed ! Fit Cynthia, embarrassée par la réponse.
- Bon sinon, continua Reed en séchant ses larmes, la douche est par là-bas, fit-il en pointant vers la gauche.
- C'est bon ça, ça fait 7ans que je n'ai pas pris de vrai douche ! »
 
Environ un quart d'heure après, alors que Reed, après s'être changé, préparait le dîner, Cynthia sortit de la salle de bain entouré d’une serviette. Reed, tout en continuant sa cuisine, demanda :
 
« - Je crois que Poppy a laissé quelques un de ses habits ici, j'y vais de ce pas vérifier !
- D'accord Reed Legend. Répondit la femme. »
Quelques secondes après, l'afro-américain sortit de sa chambre et apporta un jean et une chemise :
 
« - Voila Cynthia, par contre j'ai pas de sous-vêtements, je vais de ce pas en chercher au magasin.
- Ne t'en fais pas pour ça, j'irais demain.
- OK, pas de problème, je te donnerais de l'argent. »
 
Après un repas simple mais bon, les deux alliés s'installèrent dans le sofa devant la TV, un verre de cognac à la main, Cynthia lui avoua sa passion pour le cinéma :
 
« - C'est vrai Cynthia ? Moi même sans être un expert aime les belles pellicules, quels en sont tes genres de prédilections ?
 -J'adore tous les vieux films de suspense, Reed Legend, comme ceux de Hitchcock. J'ai vu tous les films de ce génie sauf Sabotage.
- Vrai ? J'ai la cassette justement ! Tu veux la voir ?
- Avec plaisir ! Fit-elle en se jetant sur le cou de Reed, et l'embrassant »
 
L'afro-américain se laissa faire, puis partit prendre la cassette en question et alluma le film. Une fois ce chef-d'œuvre terminé, la femme entraîna Reed vers sa chambre et ils succombèrent à d'ardents ébats. Cynthia n'osait plus croire que le plaisir existait jusqu'à l'instant où elle vit Reed. Tout ce qu'elle avait refoulé durant ces années de captivités revenaient dans le plus passionné des rapports.
 
Après ces charnels entrecroisements, le couple s'endormit. Ainsi la passion fut suivit par l'horreur d'infâmes cauchemars. Elle, se revoyant se faire pénétrer des tiges chauffés au fer par les orifices les plus improbables de son corps. Puis après s'être fait guérie par le médecin du lieu, le sadique Doc Rated R, on la fouetta jusqu'à l'os, on la pendait par les pieds. L'épouvante du cauchemar culmina en un hurlement pouvant faire frémir le plus puissants des dieux et réveiller le protecteur d'Américapolis. Ce dernier secoua violemment Cynthia pour qu'elle sorte de cette horreur dont son cerveau avait amené en flots ses 7ans de tortures.
 
« - Chérie ! Réveille-toi ! Cynthia !
- Reed Legend ! Hurla-t-elle à son tour en sortant de son tumultueux sommeil puis en se jetant dans les bras de son amant.
- Chut, c'est terminé Cynthia. Fit-il en la serrant fort et en l'embrassant. »
 
Le lendemain matin, l'ex-G.I., encore toute troublé par ses cauchemars abominables, partit, après un frugal petit-déjeuner, chercher des sous-vêtements à l'épicerie du coin. « Reed a fait tellement de choses pour moi que je dois lui rendre la pareil. Mais saurais-je tenir le coup avec ses hantises si abominables ? Déjà si j'occupe mon esprit à redevenir journaliste, ce sera beaucoup. Surtout que nous sommes devenus si proche Reed et moi. Pensa-t-elle»
 
Dans l'épicerie, Cynthia, au fond du magasin, prit le seul modèle de strings disponibles et se dirigea, en flânant dans les rayons, vers la caisse, quand d'un seul coup elle vit deux hommes cagoulés. Elle s'accroupit instinctivement, se dirigea discrètement vers l'un des deux braqueurs et bondit en le frappant d'un coup de pied. Puis Cynthia se rebaissa et sauta sur le second en l'assommant contre le comptoir. Enfin, elle mit son dollar sur ce même comptoir, le caissier était encore tétanisé sous le choc. Mais alors qu'elle allait sortir il demanda :
 
« - Qui êtes-vous ? Un nouveau héros ?
- Oui, répondit-elle sans se retourner, appelez-moi Lady rose, continua-t-elle après avoir vu un pot remplis de rose, de la marque Lady Rose, à l'entrée. »
 
« Voici comment je pourrais me distraire l'esprit, faire ce dont je sais faire le mieux : protéger les innocents du crime ! Je serai Lady rose ! Pensa-t-elle »

Fin


RETROUVEZ LADY ROSE ET URBAN LEGEND DANS LEUR TOUT NOUVEAU TITRE:

THE AMAZING FABULOUS FIGHTERS !

*Cf The Mighty Magnificent Justice #5 à 6
avatar
Mister B

Date d'inscription : 18/05/2009
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Multivers] The Incredible Urban Legend

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum